Union européenneChineFPContenu payant

Jean-Pierre Corniou : « Entre l’Union européenne et la Chine, c’est une partie de poker menteur »

ENTRETIEN. Après l’annonce faite le 13 septembre de l’ouverture d’une enquête par la Commission européenne sur les subventions massives accordées par Pékin à ses constructeurs de véhicules électriques, Jean-Pierre Corniou réagit pour Front Populaire. L'ancien cadre de Renault juge incompréhensible que la Commission donne l’impression de découvrir la puissance de l’industrie automobile chinoise et relativise les algarades entre l’UE et la Chine.

/2023/09/Chine-Union-europeenne


Front Populaire : « Les marchés mondiaux sont désormais inondés de voitures électriques moins chères. Et leur prix est maintenu artificiellement bas grâce à d'énormes subventions publiques, a déclaré Ursula von der Leyen dans son discours annuel devant le Parlement européen. L'Europe est ouverte à la concurrence. Elle n'est pas favorable à un nivellement par le bas. » Les critiques envers la Chine sont-elles justifiées ? N’y a-t-il pas eu un certain aveuglement de la part de Bruxelles dans ce dossier ?


Jean-Pierre Corniou : Il est toujours difficile pour des États de constater qu’une de leurs industries phares est contestée par un rival puissant et arrogant. Cependant, il est incompréhensible que la Commission puisse donner l’impression de découvrir la puissance de l’industrie automobile chinoise et d’avoir besoin d’une enquête pour la comprendre !  L’Europe est le troisième marché mondial de l’automobile avec 19,5% des ventes de voitures individuelles, derrière les Etats-Unis, à 23,7%, et surtout l’Asie, à 51,6%. L’épicentre de l’industrie automobile mondiale s’est déplacé en Asie et surtout en Chine, premier marché mondial depuis 2010. C’est un fait majeur qui bouleverse nos repères mais que ne peuvent ignorer, depuis des années, les responsables politiques européens.

En août 2023, pour fêter les premiers 5 millions de véhicules produits par sa jeune marque, qui ne construit des voitures que depuis 2005, Wang Chuanfu, fondateur et président de BYD, a appelé les constructeurs chinois à s’unir pour « démolir les vieilles gloires de l’automobile ». L’Europe, qui a inventé l’automobile il y a 130 ans, s’est sentie naturellement visée par cet appel belliqueux. Mais, au-delà de la logique de l’honneur, c’est surtout le retournement historique...

Vous aimerez aussi