InternationalIslamismeabonnés

Les talibans « inclusifs » : angélisme ou reapolitik ?

19/08/2021

ARTICLE. La communauté internationale appelle les taliban, désormais aux commandes de l’Afghanistan, à se montrer « inclusifs ». Un vœu pieu qui masque l’impuissance des pays ou des institutions internationales, qui assistent médusés au retour de ceux qui plongèrent naguère l’Afghanistan dans l’obscurantisme. Ou, plus cyniquement, une simple façade

Les talibans « inclusifs » : angélisme ou reapolitik ?

Fataliste. Voilà l’état d’esprit qui anime la communauté internationale quand elle n’est pas acquise à la cause talibane ou qu’elle ne s’en accommode pas par souci de realpolitik. Mercredi, Jean-Yves le Drian a exprimé ses doutes et ses espoirs quant à l’avènement d’un nouveau gouvernement taliban en Afghanistan. Sur France Info, il a exigé des « preuves » de changement de la part des taliban : « La meilleure preuve serait de faire en sorte qu’il y ait un gouvernement de transition, vraiment inclusif et représentatif ». Ajoutant : « cela montrerait que les talibans ont changé, qu’ils veulent respecter le droit. »

« Inclusif »… Ce mot — dévoyé par la sociologie étatsunienne qui fait des ravages à tel point que de nombreux commentateurs y ont vu une injonction au wokisme— a pourtant un sens dans la langue des diplomates, et désigne un gouvernement pluraliste incluant les différences mouvances politiques du pays. Passée la sidération du 15 août, le mot était sur toutes les lèvres diplomatiques. Mardi, le catalan Josep Borrell (chef de la diplomatie de l’UE) appelait « l’ensemble des parties en Afghanistan à (…) rechercher une solution inclusive, globale et durable ». Le même jour, le département exécutif fédéral des États-Unis – chargé des relations internationales – souhaitait quant à lui des taliban qu’ils forment un « gouvernement inclusif et représentatif ». Optimiste.

La charia est-elle inclusive ?

Ce vœux pieu, les taliban l’ont pourtant bien entendu… à leur manière. Dimanche, depuis le Qatar, Suhail Shaheen, porte-parole à l’international du mouvement (et particulièrement prolixe sur les réseaux sociaux), avait déclaré vouloir « un gouvernement islamique inclusif », de façon que « l’ensemble des Afghans » soient « représentés dans ce gouvernement ».

Mardi 17 août, à l’occasion de la première conférence de presse...

Contenu réservé aux abonnés

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi