InternationalUnion européenneabonnés

Prix du gaz : l’impossible consensus européen ?

18/11/2022

ARTICLE. Le 24 novembre, les 27 ministres de l’Énergie des pays membres de l’UE se rencontreront dans le cadre d’un « Conseil Énergie » extraordinaire. Y sera notamment discutée la question du plafonnement des prix du gaz. Mais Berlin freine des quatre fers, au grand dam de la France et des autres États-membres.

Prix du gaz : l’impossible consensus européen ?


Qu’il paraît loin, le temps de l’insouciance, et qu’elle semble lointaine, cette année 2019 où le gaz s’achetait entre 12 et 15 euros le MWh ! Depuis, le marché du prix du gaz naturel (dit "TTF") en Europe est devenu volatil, et c’est peu de le dire. Si les compteurs affichaient 100 euros le MWh ce 17 novembre, c'était jusqu’à 339 euros le MWh en août 2022. Derrière ces fluctuations démesurées se cachent deux réalités cruelles : les citoyens européens paient comptant cette évolution — qui conditionne également le prix des échanges d’électricité – et l’Union européenne tarde à réagir.

Bruno Le Maire a beau taper des poings sur les plateaux télé, comme le 25 septembre 2021 sur Public Sénat, le ministre de l’Économie a beau s’insurger contre un marché unique européen de l’électricité qu’il juge « aberrant » et « obsolète », rien n’y fait. Plus de douze mois ont passé sans que le prix du gaz ne soit plafonné, ni celui de l’électricité réformé. Après des mois d’échanges et de reports en tout genre sur fond de crise en Ukraine, de conflit commercial larvé avec la Russie et donc sur fond d’urgence énergétique, la Commission européenne n’a émis pour le moment qu’un texte officieux comme base de travail.

Ce document, qu’a consulté le site internet Euractiv, propose un plafond statique sur les prix de l’indice TTF néerlandais. Ce plafond serait déclenché en cas de dépassement ponctuel du plafond, si ledit dépassement n'est pas lié à l’évolution naturelle du marché mondial. Euractiv souligne qu’aucun montant cible n’est explicitement proposé, mais que le pic d’août évoqué précédemment pourrait servir de point de repère. La Commission ne prend guère de risque, s’appuyant sur la pire des situations déjà rencontrées sur le marché européen. Mais cette position aura au moins le...

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi