politiqueBHL

Denis Robert : « Le silence autour de Bernard Henri-Lévy est exemplaire »

15/07/2022

ENTRETIEN. Mis en cause dans l’enquête de la Qatar Connection publiée par Blast en avril 2021, Bernard Henry-Levy avait attaqué le média en ligne pour diffamation. Le philosophe vient d’être débouté en appel ce 30 juin et le fondateur du média en ligne s’étonne : comment se fait-il que cette affaire soit si peu médiatisée ?

Denis Robert : « Le silence autour de Bernard Henri-Lévy est exemplaire »


Front Populaire : Pouvez-vous résumer brièvement ce qu’est cette affaire de la Qatar Connection, dévoilée par Blast en avril 2021 ?

Denis Robert : Ce que l’on appelle entre nous le Qatar Gates, ce sont plus de 20 articles qui décrivent un système de corruption orchestré par le Qatar sur la base de documents très sérieux qu’on a obtenus. En gros, ce sont des lettres et des échanges de courriers entre l’émir du Qatar, son ministre de l’économie et le directeur du Trésor qatari. Ils portent essentiellement sur des demandes de virements à faire à quelques personnalités. Parmi les cinq ou six personnes impliquées, il y a notamment Carla Bruni-Sarkozy, Michel Platini ou bien Bernard-Henri Lévy. Dans les éléments à notre disposition, on trouve également la description de réunion à Doha, impliquant entre autres Bernard-Henri Lévy sur le sujet de la Libye et de la Syrie. À l’époque, Bernard Henri-Lévy était l’émissaire de Nicolas Sarkozy, donc in fine, du gouvernement français. Tout est visible et en lien accessible sur notre site.

FP : Bernard-Henri Lévy vous accuse de mettre en avant de faux documents. Comment vous êtes-vous assuré de leur véracité ?

DR : Bernard Nicolas et Thierry Gadault ont enquêté pendant de longs mois avant publication et ce sont des journalistes très sérieux que je connais depuis plus de vingt ans. J’ai confiance en eux, jamais ils ne se seraient lancés dans une entreprise hasardeuse. L’un est un réalisateur connu qui a entre autres soulevé l’affaire Borrel, du nom de ce magistrat assassiné à Djibouti, l’autre a été rédacteur en chef du Nouvel économiste et est un spécialiste d’EDF et du nucléaire. Je connaissais très précisément la source de ces informations et à partir du moment où j’ai cru à l’authenticité des documents, pourquoi nous les avions et d’où ils provenaient — ça a été un combat...

Contenu disponible gratuitement

86 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi