politiqueMacronieabonnés

Jean-Michel Blanquer défend le latin et le grec… pour mieux promouvoir l’agenda européiste macronien

18/11/2021

ARTICLE. Le ministre de l’Éducation nationale a détaillé les contours de son nouveau plan européen pour la promotion des langues anciennes en Europe, le grec et le latin particulièrement. Entre critique du wokisme et européisme manifeste, Blanquer opte pour le « en même temps ».

Jean-Michel Blanquer défend le latin et le grec… pour mieux promouvoir l’agenda européiste macronien


Pour combattre le « wokisme américain » et les « nationalismes », le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a un nouveau projet, dont il a détaillé les contours à l’occasion d’un entretien accordé au Point ce lundi 15 novembre. Un vaste plan d’attaque porté par quatre ministres européens de l’Éducation (français, bien sûr, italien, chypriote et grec) et sobrement titré : « Déclaration conjointe des ministres européens chargés de l’éducation visant à renforcer la coopération européenne autour du latin et du grec ancien ». Ce projet a lieu dans le cadre du colloque « Europe et langues anciennes : nouvelles questions, nouvelles pratiques » organisé à Paris, alors même que le ministre a récemment fait du wokisme sa dernière bête noire. Initiative louable, mais reste à savoir si cela sera suffisant. Et adapté.

Sévère sur les dérives de ce mouvement déconstructiviste venu tout droit des pays anglo-saxons, Jean-Michel Blanquer trouve « sidérantes » certaines interprétations, comme celle expliquant qu’il faut brûler les livres d’Homère car ils feraient l’apologie de l’esclavage : « Plaquer des catégories et une vision du monde contemporaine sur des écrits datant de deux millénaires est d’une absurdité abyssale, il s’agit d’une révision historique et morale sordide » avait-il considéré avant de renvoyer ces wokistes à la diversité romaine, ainsi qu’au désir de « découverte » et « d’ouverture » des Anciens.

Les langues antiques, nouveau ciment de l’europhilie ?

Mais ça aurait été trop beau qu’il s’arrête là. Jean-Michel Blanquer, qui a voulu donner l’impression qu’il ne tapait pas uniquement sur la gauche woke, a utilisé ensuite toutes ces belles valeurs antiques d’humanisme, de culte du beau et du fort, d’exigence du logos… pour justifier la consolidation de l’Union européenne actuelle. Les langues antiques seraient une sorte « d’esperanto antique» dont l’apprentissage...

Contenu réservé aux abonnés

50 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+