abonnés

"En matière de bien-être animal, le bilan de Macron est plus que minable"

Que serait la cause animale sans Brigitte Bardot ? Il lui manquerait la colère, les indignations bardotesques. Depuis près d’un demi-siècle que B.B. tempête, dénonce et mène son combat en faveur des bêtes, elle a remporté plusieurs batailles et gagné ses galons de généralissime des écologistes antispécistes.

"En matière de bien-être animal, le bilan de Macron est plus que minable"

Les armistices, très peu pour Brigitte Bardot. La mitraille des lobbys de la chasse ou de la viande ne fait même pas peur à la star de Babette s’en va-t-en guerre. Elle est tous les jours sur le front pour repousser leurs assauts. Avec ses 75 000 donateurs par an, sa très active fondation Brigitte Bardot est ainsi devenue, avec L214 et l’OABA (Œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs), l’un des principaux acteurs du combat pour le bien-être animal.

B.B. eut la révélation en 1973. Lors du tournage d’un film dont la postérité a oublié le nom, elle apprit qu’une chèvre qui faisait de la figuration devait finir en méchoui après le clap de fin. Elle acheta la bête à sa propriétaire, l’emmena dormir avec elle dans sa chambre d’hôtel, tira un trait sur sa carrière cinématographique et se lança dans le combat en faveur des animaux.

Après avoir incarné l’émancipation de la femme sur le grand écran (Et Dieu… créa la femme, Vie privée, Le Mépris, etc.), elle est devenue le symbole de la cause animale qui nous concerne tous. Tant il est vrai que, comme disait Lamartine, « on n’a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas ». F.-O.G.


F.P. :
On a le sentiment que les consciences s’éveillent peu à peu sur l’écologie. Cette ardente obligation ne commence-t-elle pas à s’imposer ?

BRIGITTE BARDOT :
Désolée de vous décevoir, mais je ne le crois pas. Comme il est parti, ce siècle sera plus destructeur encore que le précédent. Ce qui vous fait dire que les consciences s’éveillent, c’est le discours écologique qui se répand dans la société, mais il ne s’agit là que de paroles, souvent vagues et démagogiques. Elles ne concernent pas le...

Contenu réservé aux abonnés

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...