Entretienabonnés

« Les familles monoparentales sont les premières victimes de la misère »

14/09/2022

Femme de cœur et de courage, la journaliste vedette de Face à l’info* ne se contente pas d'animer tous les soirs sur CNews l’une des émissions les plus pluralistes et intelligentes de la télévision française. À la tête depuis 2010 de son association K d’urgences, elle se bat pour une cause dont la presse parle rarement, celle des familles monoparentales, qui sont pourtant les premières victimes de la pauvreté en France.

« Les familles monoparentales sont les premières victimes de la misère »


F.P. : Qu’est-ce qu’une famille monoparentale ?

Christine Kelly : C'est une famille dont les enfants sont élevés par un seul parent, sans l’aide de personne. En France, 1 foyer sur 4 est concerné. Dans le détail, 85% des personnes ayant charge d’une famille monoparentale sont des femmes, 15% sont des hommes, 74% sont des divorcés ou des séparés, 11% sont des veufs ou des veuves et 15% sont des mères qui ont décidé de « faire un bébé toutes seules », comme dit la chanson. Sans caricaturer quoi que ce soit, le cas le plus courant que j’ai constaté sur le terrain, c’est monsieur qui, pour telle ou telle raison, quitte le foyer conjugal. Ce qui ne veut pas dire que l’inverse n’existe pas, bien entendu.

F.P. : Les divorcés rentrent-ils dans cette définition ?

Christine Kelly : Dans le cas d’une garde alternée, seul celui qui « bénéficie » de prestations sociales est considéré comme monoparental. Mais la situation la plus courante, c’est celle des divorcés qui s’occupent à temps plein de leur progéniture. Ces divorcés-là n'ont aucun répit. Ils sont constamment fatigués.

F.P. : Quelles sont les difficultés spécifiques de ces familles ?

Christine Kelly : Toutes les difficultés. Dès qu’un problème de société apparaît, vous pouvez être sûr que les premières personnes qui en souffrent sont les familles monoparentales. Quand il y a une grève dans les transports par exemple, qui en pâtit en premier ? Ce sont elles ! Quand il y a une hausse des prix dans l’alimentaire, qui trinque ? Elles encore… Et derrière toutes ces difficultés, il y a des enfants mal soignés, mal logés, mal nourris. Les gens croient que l’on mange à sa faim aujourd’hui en France, mais ils se trompent car des centaines de milliers de familles monoparentales disposent...

Contenu réservé aux abonnés

74 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...