cultureNumérique

L’ère de l’individu tyran ou la fin du monde commun

16/11/2020

CRITIQUE. Eric Sadin est un des penseurs contemporains majeurs des technologies numériques et de leurs implications politiques. Son dernier ouvrage L’Ère de l’individu tyran, La fin d’un monde commun (Grasset) est une enquête érudite sur les racines et les caractéristiques présentes de notre nouvelle condition d’existence.

L’ère de l’individu tyran ou la fin du monde commun

« La vie quotidienne s’apparentait à un jeu de vases communicants : on cherchait – lorsque l’on pouvait et comme on le pouvait – à remplir d’un côté ce que l’on perdait tous les jours de l’autre. »

2010 : Julian Assange fait fuiter sur son site WikiLeaks des séries de documents militaires américains classifiés et des câbles diplomatiques. Le Monde le désigne : « personne de l’année ». De son côté, le New York Times sacre un autre jeune homme : Mark Zuckerberg, fondateur fraîchement starisé de la plateforme dite de « réseau social » Facebook. Plus rien ne sera jamais comme avant : des individus sont capables d’inquiéter des institutions et de hisser leur niveau d’influence au niveau des Etats.

2010 a-t-elle été l’annus horribilis révélatrice du basculement dans une sorte de tyrannie digitale individualiste ? C’est du moins la thèse du philosophe de la technique Eric Sadin. « Car ce qui s’est formé au cours des années 2010 – qui à la fois modifie de part en part la représentation que nous nous faisons de nous-mêmes, autant que notre régime historique d’existence en commun -, c’est l’avènement d’une nouvelle condition de l’individu contemporain. »

Et puisque toute pensée philosophique englobante, pour être opératoire, doit être généalogique, Eric Sadin remonte à l’origine du phénomène, à l’apparition de l’individualisme libéral, éclos au tournant du 18ème siècle, et parcours la route, étape par étape, de la montée en puissance de cet individualisme, jusqu’à nos existences digitalisées.

« Le projet politique de l’individualisme libéral qui, deux siècles auparavant, avait aspiré à l’affranchissement des êtres, s’était définitivement mué en un autre ethos : celui de la quête effrénée de la singularisation de soi dans l’unique visée de se démarquer de la masse, désormais envisagée comme l’avantage concurrentiel déterminant. Il s’est alors...

Contenu disponible gratuitement

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+