economieNucléaireabonnés

Déchets nucléaires : moindre mal ou vrai problème ?

24/02/2021

DÉBAT. Suite à une demande de l’un de nos abonnés, nous vous proposons aujourd’hui de discuter des enjeux de gestion et de stockage des déchets radioactifs nucléaires. Faut-il s’en inquiéter ou est-ce une contrepartie nécessaire pour réduire les émissions de CO2 ? C’est le débat de ce mercredi matin.

Déchets nucléaires : moindre mal ou vrai problème ?

C’est le sujet de vives disputes au sein des mouvements écologistes. Faut-il, oui ou non, soutenir le nucléaire comme méthode de production d’électricité ? La réponse ne va pas de soi. En effet, le processus nucléaire produit des déchets radioactifs, c’est-à-dire « une matière radioactive ne pouvant être réutilisée ou retraitée » (Code de l’environnement).

Les mouvements antinucléaires accusent l’industrie de produire de la pollution radioactive, de participer à la prolifération des déchets et d’être vulnérable face aux désastres naturels ou humains (terrorisme par exemple). Longtemps associé au nucléaire militaire et notamment aux bombes atomiques, l’image de l’énergie nucléaire s’est particulièrement dégradée avec les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima. Les oppositions à la filière nucléaire ont connu leur apogée en France dans les années 70 avec par exemple la manifestation à Creys-Malville en 1977 qui s’est soldée par la mort d’une personne et de nombreux blessés et avec les attentats de 1977 contre Creusot-Loire et CGE par des militants d’extrême-gauche et l’attaque au lance-roquettes en 1982 du chantier de la centrale Superphénix.

De son côté, l’industrie plaide pour l’énergie nucléaire en raison de sa forte compétitivité. Son coût et sa capacité de production est bien supérieure aux énergies dites « renouvelables ». Surtout, la filière émet beaucoup moins de dioxyde de carbone que les énergies fossiles et pourrait donc être une alternative viable à celles-ci pour lutter contre le réchauffement climatique (seulement 6g de CO2/kWh selon le SFEN contre 450g de CO2/kWh pour le pétrole et 1 200 g de CO2/kWh pour le charbon).

Mais comment sont gérés les déchets radioactifs ? En France, cette gestion relève de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), sous la tutelle du ministère de l’Écologie. En 2019, cette agence a utilisé un budget de 284 millions d’euros pour cette activité,...

Contenu réservé aux abonnés

62 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi