economieBruno Le Maireabonnés

Inflation alimentaire : il n'y a pas de profiteurs, assure Bruno Le Maire

09/11/2022

ARTICLE. Alors que l’inflation alimentaire annuelle frôle les 10 %, le ministre de l’Économie l’assure : personne ne profite de la situation. Vraiment ?

Inflation alimentaire : il n'y a pas de profiteurs, assure Bruno Le Maire


Il ne sait pas ce que sont les superprofits et il ne voit pas de profiteurs de l’inflation dans l’alimentation. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, l’affirme haut et fort dans un entretien accordé au Parisien et publié le 5 novembre : « J’ai demandé à l’Inspection générale des finances de faire une étude. La conclusion est sans appel : il n’y a pas eu de profiteurs de l’inflation dans l’alimentaire. Ni les agriculteurs, ni les distributeurs, ni l’industrie agroalimentaire n’ont pris au passage de rémunération excessive ». Circulez, payez plein pot, il n’y a rien à voir…

Pourtant, l’inflation alimentaire atteint des sommets tels qu’il est difficile d’adhérer sans réserve à de tels propos. L’Insee évaluait la progression des prix pour septembre à +9,9 %. Cette hausse ne profiterait donc à personne ? Le rapport de l’Inspection générale des finances cité par le ministre et publié en novembre souligne que sur « cinq produits sur dix, la grande distribution diminue sa marge brute ». La grande distribution perdrait-elle de l’argent ? Les auteurs de l’analyse précisent tout de même que « ces résultats doivent (…) être pris avec prudence », car, « l’analyse est limitée à un échantillon réduit ».

Et surtout, ils expliquent qu’« une baisse des marges sur certains produits peut être compensée par une hausse sur d’autres y compris non alimentaire ». En juin 2022, l’augmentation du chiffre d’affaires (CA) du second trimestre des supermarchés et hypermarchés consacré aux carburants connaissait un bond de 54,3 % par rapport au même trimestre un an auparavant. De quoi largement encaisser une petite perte de marge sur l’alimentaire : l’enseigne Carrefour a par exemple connu en France une augmentation de son CA de +6,6 % (+7,8 % en alimentaire et -2,2 % en non alimentaire) au troisième...

Contenu réservé aux abonnés

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi