InternationalpolitiqueabonnésContenu payant

IRA américain : l’empire maastrichtien contre-attaque… mollement

ARTICLE. La Commission européenne a dévoilé deux projets de loi pour répondre à la politique économique agressive de Joe Biden. Malgré un cruel manque de garanties sur le nucléaire et une ambition timide, Bruxelles réussit à se faire « accuser » de protectionnisme.

/2023/03/UE-Protectionnisme-Green-Deal


Les technocrates européens attendus au tournant. Ce jeudi 16 mars, la Commission a dévoilé le Critical Raw Materials Act (CRMA) et le Net Zero Industry Act » (NZIA) — malgré le Brexit, les eurocrates ne semblent pas décrocher de leur anglomania — : deux projets de loi qui visent respectivement à sécuriser les approvisionnements de l'UE en terres rares et en lithium, et à satisfaire l’ambition de neutralité carbone d’ici 2030 inscrite dans le Green Deal européen. En tout cas officiellement, car il s’agit surtout d’un plan de contre-attaque à l’Inflation Reduction Act (IRA). Avec 391 milliards de dollars d'aides sur dix ans en subventions et en crédits d’impôts pour les technologies uniquement fabriquées chez l’Oncle Sam, l’administration américaine espère bien attirer des industriels européens, déjà tentés par des coûts de l'énergie jusqu'à six fois moins chers que sur le Vieux-Continent.

Pour détourner ces derniers des sirènes américaines et ainsi déjouer la stratégie de prédation de Joe Biden, les commissaires européens ont choisi de se concentrer sur les technologies dites propres, comme le solaire, l’éolien, le stockage de CO2, l’hydrogène… mais aussi le nucléaire, sur lequel nous reviendrons. Le plan prévoit la création d’une plateforme baptisée « Net-Zero Europe » qui travaillera avec la Commission et les États membres à « coordonner leurs actions et...

Vous aimerez aussi