InternationalSouveraineté

Il y a cinq ans, les Britanniques ont décidé de reprendre le contrôle

OPINION. C’était le 23 juin 2016, le grand jour du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE. Après avoir promis d’organiser ce référendum sur le Brexit en janvier 2013, si le Parti conservateur remportait les élections générales de 2015, David Cameron a respecté sa promesse et ce souhait du peuple britannique. Souvenir de ce grand jour dans l’histoire de la démocratie.

Il y a cinq ans, les Britanniques ont décidé de reprendre le contrôle

Je me souviens de cette journée comme si c’était hier, ou plutôt de cette nuit, le dépouillement ayant eu lieu pendant toute la nuit avec un résultat définitif le 24 juin au matin. La campagne du Brexit avait été exceptionnelle, un vrai moment démocratique comme seuls les référendums peuvent l’offrir : on se bat pour des idées, pas pour des hommes. A priori, le maintien devait l’emporter, c’était ce que pensait David Cameron en organisant ce scrutin et c’était ce que donnaient tous les sondages avant le vote. Un an avant celui-ci, le maintien était donné vainqueur à 66 %. Pire, le jour J, au moment où les Britanniques votaient, le sondage YouGov sorti des urnes donnait le maintien vainqueur à 52 %. M. Brexit, Nigel Farage avait même concédé la défaite dans la nuit en disant « Nous avons perdu une bataille mais nous n’avons pas perdu la guerre. »

Le dépouillement se déroulait pendant toute la nuit et les présentateurs de la BBC commençaient à changer de visage au fur et à mesure que la sortie prenait de l’avance. Vous connaissez la suite, le Brexit a finalement été voté à 52 % dans ce qui est le plus grand vote démocratique de l’histoire du Royaume-Uni : avec une participation de 72,2 %, il s’agissait de l’une des plus grandes participations démocratiques de l’histoire moderne du Royaume-Uni, avec 33 568 184 votants. Seules les élections générales de 1992 avaient amené plus de Britanniques sur le chemin des urnes.

Une fois ce vote effectué et même avant, vous connaissez l’opinion médiatique et politique français : ce Brexit allait être, pour les européistes de gauche et de droite, une catastrophe et un repli sur soi, et pour une partie des européiste de gauche, un Brexit ultra-libéral.

Voyons ce qu’il en est...

Contenu disponible gratuitement

87 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+