Conseil européenUnion européenneabonnésContenu payant

L’UE part en croisade contre la « haine »

ARTICLE. L’Union européenne part en croisade. Pas contre n'importe qui : l'ennemi, c'est la « haine », un insaisissable fléau qui gangrènerait notre continent. C'est en tout cas ce qu'explique, tout en emphase, une récente communication conjointe du Parlement européen et du Conseil européen.

/2023/12/haine-union-europeenne-conseil-parlement


La haine est prévenue : no pasarán  ! Elle ne passera pas le seuil de l’Union européenne. Parce que la haine, c’est le mal incarné, c’est ce qui divise notre société. Trouvez-vous que nous en faisons beaucoup ? C'est pourtant, dans l'esprit, ce que proposent le Parlement européen et le Conseil européen dans une communication conjointe publiée ce 6 décembre et intitulée : « Pas de place pour la haine : une Europe unie contre la haine ». Don Quichotte chassait les moulins à vent, l'eurocratie la haine. On croirait écouter Florent Brunel, cet artiste fictif issu d'un croisement entre Patrick Bruel et Florent Pagny. Le chanteur engagé type, merveilleusement interprété par Bernard Campan des Inconnus, qui chantait « Vous les politiciens, vous êtes vraiment très très méchants ». 

Dans un contexte national et international houleux, marqué par le conflit israélo-palestinien, et, en France, les attentats islamistes et l'ultra-violence, l’augmentation des « crimes haineux »,  les deux instances s’inquiètent. « Les violentes attaques criminelles contre la communauté juive » nous rappellent « que nous ne pouvons jamais nous reposer sur nos lauriers face à la résurgence de la haine ». Avec des conséquences dramatiques derrière, car malheureusement, nous dit-on,« la haine mène à davantage de haine ». Une véritable spirale infernale, donc. Les auteurs nous expliquent que cette haine, c’est avant tout « une force destructrice non seulement pour des communautés particulières, mais pour nous tous  ». Tous concernés donc, il faut lutter contre, car « la haine est un risque pour notre société et notre démocratie » et l’histoire nous montre que « rester là et regarder en silence » laisse « un espace propice au développement de la haine ». Il en va de notre civilisation. Haineux, vous voilà prévenus. 


Un « hackathon »


« L’inaction n’est pas une option. Nous devons nous lever et...

Vous aimerez aussi