politiqueEuropeabonnésContenu payant

Majorité qualifiée au Conseil de l'UE : le PPE sous pression allemande

ARTICLE. Le Parti populaire européen (le plus grand groupe du Parlement) se déchire en interne sur la position à adopter sur l’épineuse question de la majorité qualifiée en vue des élections européennes. Et les conservateurs allemands sont bien décidés à attaquer encore un peu plus la souveraineté des États.

Ursula-von-der-leyen-olaf-scholz-allemagne-majorite-qualifie-conseil-union -europeenne
Ursula von der Leyen et Olaf ScholzCrédits illustration : © Kommersant/SIPA


Parmi les nombreuses questions institutionnelles qui vont occuper le débat électoral d’ici le mois de juin, celle du vote à la majorité qualifiée (VMQ) fait déjà des étincelles. Déjà, en mai dernier, Emmanuel Macron avait proposé, en clôture de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, de « généraliser le vote à la majorité qualifiée ». Un groupe de neuf États membres — dont la France faisait partie, mais sous l’égide de l’Allemagne — a demandé à rendre le processus décisionnel en matière de politique étrangère « plus rapide et plus efficace ». Quelques mois plus tard, c’est le Parlement qui remettait le sujet sur la table en adoptant une résolution non contraignante en ce sens. Les fédéralistes avancent doucement leurs pions avant les prochaines élections, mais non sans embûche ni sans dissension.

C’est le cas notamment au sein du Parti populaire européen (PPE) chrétien démocrate, qui détient le plus grand nombre de sièges (175 sur 705), et qui s’échauffe actuellement en interne sur la rédaction du programme électoral. Pour l’heure, la ligne est claire : « L’Europe ne peut représenter ses intérêts dans le monde que si elle parle d’une seule voix ! L’Europe ne doit pas se laisser diviser ou bloquer », annonce le...

Vous aimerez aussi