InternationalEuropeabonnés

Robert Schuman, béatifié ? Entre Bruxelles et le Vatican, une bien étrange convergence des luttes

24/06/2021

ARTICLE. Le 19 juin, le Vatican a officialisé par décret le statut de « vénérable » de Robert Schuman – considéré comme l’un des pères de la construction européenne – ouvrant de fait la voie à son éventuelle béatification. Avec cette décision, le pape François se place en héritier direct de l'européisme pontifical.

Robert Schuman, béatifié ? Entre Bruxelles et le Vatican, une bien étrange convergence des luttes

Ce 19 juin, le Pape François a par décret reconnu les « vertus héroïques » de Robert Schuman. Le décret ainsi promulgué consacre celui qui est considéré comme l’un des pères fondateurs de l’Europe, au statut de « vénérable », première étape avant une éventuelle béatification, puis vers la canonisation. Encore faut-il qu’un miracle (pour la béatification) ou deux (pour la canonisation) soient officiellement reconnus par le Saint Siège.

Alors, quel miracle Robert Schuman a-t-il bien pu accomplir pour justifier un tel honneur ? Première piste À l’occasion du 70ème anniversaire de la déclaration de Robert Schuman (texte considéré comme fondateur du projet européiste), le Pape déclarait le lendemain : « Que l’esprit de la déclaration Schuman ne manque pas d’inspirer ceux qui ont des responsabilités au sein de l’Union européenne ». L’esprit : un terme qui n’a rien d’anodin dans la bouche d’un homme de foi. Le jésuite argentin accorderait une valeur quasi-religieuse aux mots de Schuman qu’il ne le dirait pas autrement.

Vatican et la politique des hommes, une longue histoire

François Ier se place ainsi dans la longue lignée des Papes pro-européens. Héritiers d’une longue tradition de confusion des genres entre l’empire des hommes et celui des âmes, entre les deux Jérusalem, les souverains pontifes du XXème siècle ont entretenu un rapport étroit avec la construction européenne. En juillet 1950, Robert Schuman réunissait un cercle de personnalités politiques propre à accompagner ce processus. Parmi eux, le nonce apostolique Angelo Giuseppe Roncalli, futur pape Jean XXIII et initiateur du concile Vatican II, canonisé en 2014 par le pape François sans qu’il ait pour autant accompli les deux miracles requis. Toutes les évolutions européennes bénéficieront de l’appui plus ou moins distant (et intéressé) du pape. Ainsi, Jean Paul II citera plusieurs fois Robert Schuman, et Benoît XVI appuiera les...

Contenu réservé aux abonnés

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+