opinionsRussieabonnés

Kouznetsov : la marine russe aux mains des pieds nickelés

OPINION. Les tribulations calamiteuses du porte-avions Kouznetsov, navire amiral de la flotte russe, sont le symbole d’une marine dirigée, gérée et administrée par des incompétents, estime notre lecteur.

Kouznetsov : la marine russe aux mains des pieds nickelés

Cette série inimaginable de ratés devrait nous faire réfléchir sur la capacité de l’Union soviétique, pardon de la Russie, à posséder, gérer et mettre en œuvre un arsenal, y compris nucléaire, dont elle paraît définitivement indigne. Ce pays est malade et nous met en danger.

Le porte-avion Kouznetsov fut construit à Nikolaïev en Ukraine, et lancé en 1985. En décembre 1991, les Ukrainiens ayant voté à 92 % pour leur indépendance, les Russes ont kidnappé le navire avec seulement 1/3 de son équipage, et lui ont fait rejoindre leur flotte du nord, à Mourmansk.

La proue du navire, reconnaissable entre mille, est munie d’une poulaine en pente, un tremplin destiné à se passer de catapultes. Très mauvais choix, car le rayon d’action des aéronefs est amputé de l’énorme énergie initiale donnée par la catapulte à l’avion, et ce dernier voit son emport limité en masse. Les pilotes devront combattre avec une dotation réduite en carburant, obus, roquettes ou missiles ! Sympathique !

Le Kouznetsov prit la mer sans groupe aérien et sans groupe naval (navires de combat articulés autour d’un porte-avion, qui le protègent et sont protégés par lui) et sans contrôle du trafic aérien. On fit alors de cet ectoplasme le navire amiral de la flotte russe. En 1995, il se déploie en Méditerranée pour 3 mois, et les 2 000 hommes d’équipage se trouvent rationnés en eau potable, 10 minutes le matin et 10 minutes le soir, faute d’adoucisseurs d’eau de mer. Les 8 chaudières sont si peu fiables que le navire perd toute propulsion et s’arrête en pleine mer. Suivant le cas, on répare ou on remorque jusqu’à un port. Peu honteux, les chefs de la marine feront escorter leur navire amiral par un remorqueur de haute mer tout au long de la campagne de Syrie en...

Contenu réservé aux abonnés

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+