opinionsDémocratie

La démocratie, concept en voie de disparition ? (partie 1)

OPINION. À l’heure où les idéologies mondialistes menacent d'éradiquer l’héritage de la civilisation européenne, la démocratie, fondée sur le lien entre le citoyen et la nation, est-elle vouée à disparaître ?

La démocratie, concept en voie de disparition ? (partie 1)


Coluche avait en son temps effrayé le tout Landerneau politique. Aujourd’hui c’est d’Eric Zemmour qu’il s’agit. La cohorte des prétendants à la fonction suprême, déclarés ou pas, surveillés par le CSA ou non, alimente quotidiennement les débats. À l’occasion de ces échanges plus ou moins courtois, le terme revenant de manière récurrente d’un extrême à l’autre de l’échiquier politique institutionnel est, comme il se doit, « démocratie ». C’est le mot magique, fondement de toute expression bateau destinée à se sortir d’une impasse ou accabler son adversaire, en déclarant par exemple : « Nous sommes avant tout une nation démocratique… » ou « Vos idées n’ont pas leur place dans un débat démocratique… », etc.

Mais quelle signification ce vocable revêt-il dans le discours des partis traditionnels ? Se targuer d’être démocrate nous assure-t-il d’un candidat qu’il est un parangon d’intégrité et d’honnêteté, qu’il incarne la garantie absolue d’une représentation fidèle des aspirations citoyennes ? Le « Non » français au référendum du 29 mai 2005 sur le « Traité de Constitution européenne », suivi de celui des Hollandais le 1er juin, et malgré cela adopté sous le nom de « Traité de Lisbonne » deux ans plus tard permet fortement d’en douter. Le report aux calendes de l’état d’urgence sanitaire, excluant de facto d’une partie de la vie publique, de leur liberté de déplacement, voire de leur droit au travail les non-détenteurs d’un passe qui n’ose avouer son nom, mais n’est hypocritement pas qualifié d’obligation, « démocratie » oblige, le doute n’est plus permis.

Notre conception initiale de société démocratique remonte à la Grèce antique et trouve son inspiration dans la démocratie athénienne. Le citoyen grec devait être un homme, être né de père lui-même citoyen et de mère fille de citoyen (double filiation). Il devait par ailleurs avoir...

Contenu disponible gratuitement

73 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+