politiqueOpinionabonnés

French Psycho

CARNETS DE CAMPAGNE. Après un réveillon tout en provocations (Buzyn décorée et l'Arc de Triomphe aux couleurs de Bruxelles), la Macronie, par la bouche d'Emmanuel Macron – plus Caligula que César – a décidé de passer à la vitesse supérieure dans l'indignité. Retour sans filtre sur cet épisode par Anne-Sophie Chazaud.

French Psycho


Quiconque s’imaginait pouvoir reprendre ses activités de la rentrée doucettement, en petites foulées, le temps de digérer tranquillement la bûche de Noël et les excès d’un réveillon toutefois passé assis avec un bec de canard FFP2 collé sur le museau et interdiction de danser, en était pour ses frais en ce début de semaine. En effet, la Macronie décida de surgir tout à trac sans laisser le moindre répit aux Français, saturant le débat de questions sanitaires afin d’éviter le politique, surjouant le catastrophisme à grands sons de trompettes désaccordées et de tambourins semi-troués en une sorte de Fête des Fous – dont c’était d’ailleurs historiquement la saison.

L’on avait déjà eu droit aux déclarations loufoques sur l’interdiction de se lever dans les bars, sur l’interdiction de manger dans un train ou alors seulement à condition de boulotter fissa son Choco BN et de vite remettre son masque (qui déciderait qu’on avait mis trop de temps à manger ? La police des gâteaux ?) et autres fadaises d’un monde en perdition mentale. Au point qu’il ne manquait plus qu’un chapeau à grelots sur la tête du jeune président ainsi qu’un hochet musical lorsque celui-ci déclara avec toute l’élégance et la hauteur de vue qu’on lui connaissait aux lecteurs du Parisien « avoir très envie d’emmerder les non vaccinés » (oui, « très envie »), ajoutant que ceux-ci, par leur supposée irresponsabilité, « n’étaient plus des citoyens ». Après tout, rien d’étonnant puisque nous avions quitté depuis belle lurette les rivages d’une saine démocratie : aussi bien, la Macronie, qui ne s’adressait jamais qu’à son propre camp autosatisfait et autoréférencé, pouvait-elle par conséquent décider de qui était citoyen et de qui ne l’était plus en une sorte de nouveau suffrage censitaire dont la matrice était en réalité une forme avérée de...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+