ImmigrationSouverainetéFPContenu payant

Immigration : Jean-Pierre Chevènement, souverainiste propre sur lui

ARTICLE. Dans un entretien accordé au JDD, l’ex-ministre a enchaîné lieux communs, euphémismes et indolences sur la question migratoire et le cadre européen. Un filet d’eau tiède dans lequel on peine à reconnaître l’homme politique souverainiste d’il y a quelques années.

/2023/06/Chevenement-immigration-asile


Ceux qui attendaient, sinon un retour de Jean-Pierre Chevènement au sein de la famille souverainiste, au moins quelques phrases choc susceptibles de bousculer le bloc centriste auquel il prête désormais allégeance, seront déçus. En pleine promotion de son dernier livre Refaire la France (Bouquins, 2023), l’ancien ministre de l’Intérieur a accordé un entretien au Journal du dimanche, ce 11 juin. Celui-ci ne porte pas sur son dernier ouvrage, mais sur le thème de l’immigration et du droit d’asile dans le cadre européen.

Une question que le migrant syrien, détenteur du statut de réfugié en Suède, qui a poignardé des enfants dans leur poussette la semaine dernière à Annecy, a tragiquement remis au premier plan de l’actualité. Interrogé sur le profil de l’assaillant, Jean-Pierre Chevènement note qu’à ce stade, on peut considérer qu’il s’agit de « l’acte d’une personne qui n’a pas tout son entendement »… Mais encore ? Il note aussi que « le fait que quelqu’un qui a le statut de réfugié dans un pays de l’Union depuis manifestement une décennie puisse, malgré tout, déposer une demande d’asile dans un autre pays souligne l’incohérence des mécanismes européens ». « Comment comprendre qu’une décision prise en Allemagne n’ait pas d’effet en France, et qu’il y ait ainsi des cordes de rappel ? », se demande-t-il. L’ancien ministre de la Défense ne se limite pas à dénoncer un problème d’incohérence, mais appelle à résoudre le « problème d’absence d’harmonisation des législations au niveau de l’UE »....

Vous aimerez aussi