Gilets jaunesautomobileabonnésContenu payant

Indulgence pour les petits excès de vitesse : La rustine « Gilets jaunes » ?

ARTICLE. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé la fin des retraits de points pour les petits excès de vitesse de moins de 5 km/h en 2024. Une annonce destinée à atténuer la grogne sociale ?

/2023/04/darmanin-limitation-vitesse-point-permis


La macronie garde un goût amer du passage de la limitation de vitesse de 90 à 80 Kmh en 2018. Associée à l’annonce d’une taxe carbone française, aidée par les déclarations condescendantes du porte-parole du gouvernement de l’époque, Benjamin Griveaux, elle avait attisé le feu qui couvait et qui donnera quelques semaine plus tard naissance au mouvement des Gilets jaunes. Alors, quand la foule bat le pavé et les casseroles pour fustiger la politique autoritaire du gouvernement, quoi de mieux qu’une mesure pro-automobile, se murmure-t-il peut être dans les bureaux des ministères ? 


Ce mercredi 19 avril, Gérald Darmamin a annoncé la fin d’une partie des sanctions des petits excès de vitesse, inférieurs à 5 km/h. Plus précisément, à partir de janvier 2024, ils n’engendreront plus de perte de point sur le permis de conduire. D’après le Code de la route, en cas de dépassement de la vitesse maximale autorisée de moins de 20 km/h, le conducteur incriminé subit une réduction d’un point sur son permis de conduire. En revanche, « il ne s’agira pas de dépénaliser ces infractions qui demeureront sanctionnées par une amende », explique le ministre de l’Intérieur dans un courrier adressé à la sénatrice du Var Françoise Dumont (LR), daté du 11 avril.

Des Français stupides ? 

Gérald Darmamin souhaite introduire une « indulgence administrative à l’égard de ces manquements » qui relèvent « davantage du manque d’attention que de la volonté délibérée de s’affranchir de la règle ». Une bien étrange décision prise unilatéralement par Beauvau, sans passer par la case des parlements. Tout comme en 2018, un décret suffira. 


Mais l’annonce a de quoi surprendre. À vrai dire surtout le calendrier qui prend les allures d’un contre-feu de faible ampleur. Après les différentes lois contraignantes concernant les automobilistes, l’instauration des  « Zones à Faibles Émissions-mobilités » (ZFE), la fin programmée des constructions de moteurs...

Vous aimerez aussi