politiqueDélocalisationsabonnés

L’armée française délocalise une partie de la production de ses pulls… et ne l’assume pas

04/11/2021

ARTICLE. Cette semaine, une rumeur faisait état d’un choix étonnant de la part de l’armée française : accorder le marché de la fabrication de ses pulls à une entreprise chinoise. Le ministère des Armées a démenti l’information ce jeudi 4 novembre, mais pour autant, il s’agit bien au fond d’une question de délocalisation…

L’armée française délocalise une partie de la production de ses pulls… et ne l’assume pas


Non, l’armée française n’a pas choisi des pulls chinois plutôt que des pulls « Made in Tarn », a démenti le porte-parole du ministère des Armées, Herve Grandjean, en réponse aux bruits qui couraient, ce jeudi 4 novembre, d’un appel d’offre remporté par un producteur chinois. Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, l’homme – par ailleurs « ingénieur en chef de l’armement » – précise : « Un contrat de fourniture de pulls pour l’armée française a été conclu avec deux entreprises françaises en septembre 2020 : Saint James et Leo Minor ». Pas de risque de délocalisation de la production donc ? En partie, non : « La confection est faite soit en France soit au Maroc ou en Tunisie. Les matières premières sont européennes. »

À l’origine de l’affaire des pulls, un déplacement annoncé d’Arnaud Montebourg à la Manufacture Regain (Tarn) et prévu aujourd’hui. L’usine a perdu — il y a 18 mois — le marché qui le liait avec l’armée française qu’elle équipait en pulls, soit un manque à gagner de l’ordre de 500.000 euros. Sans que l’on sache bien pourquoi, le candidat de l’Engagement avait, dans un communiqué publié en début de semaine, souligné la responsabilité de l’État, coupable selon lui d’avoir accordé ce marché (des pulls) à une entreprise chinoise. Peu à peu, la machine à polémique s'est mise en branle. Jean-Luc Mélenchon ou bien encore Marine Le Pen en ont tous deux profité pour exprimer leur indignation.

Le grand vainqueur, Leo Minor, produit au Maroc

Ce marché ne se ferait donc pas au détriment des entreprises françaises, à en croire l’armée ? Il semble en effet que ce soit le cas. Au détriment du marché du travail français ? C’est déjà beaucoup moins vrai, alors qu’il s’agit ici du cœur du sujet....

Contenu réservé aux abonnés

63 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+