politiquevote électroniqueabonnés

Le vote électronique, la dernière trouvaille des globalistes pour « endiguer le populisme »

29/11/2021

ARTICLE. Le vote électronique à distance est-il la solution pour répondre à la crise démocratique que nous traversons et « endiguer le populisme » ? C’est en tout cas l’avis de Gilles Mentré, président de l’ONG ELECTIS, qui reprend toutes les vieilles antiennes de la technocratie.

Le vote électronique, la dernière trouvaille des globalistes pour « endiguer le populisme »


« Ici comme ailleurs, le coronavirus nous impose de nous organiser différemment et de préparer les conditions d’une nouvelle gouvernance à tous les échelons. » Dans un entretien à L’Express publié le 17 novembre et intitulé « Le vote électronique est la seule façon d’endiguer le risque populiste », Gilles Mentré, président de l’ONG ELECTIS, a expliqué sa vision du monde à l’heure du risque « populiste ». Cet élu du 16ème arrondissement de Paris et auteur du livre Démocratie – Rendons le vote aux citoyens (appelant à réfléchir aux systèmes démocratiques du futur) est le président d’ELECTIS, une association se définissant comme « apolitique » et « politiquement et philosophiquement neutre » (ce que semble contredire leur site Internet, entièrement en anglais, signe qui ne trompe pas d’un tropisme globaliste) dont l’un des buts avoués est de promouvoir le vote électronique « de nouvelle génération », via la « tech ».

L’intéressé regrette que nous jugions le vote électronique à distance avec des arguments « vieux de quinze ans » et alors que « les technologies ont évolué ». Avec les nouveaux procédés cryptographiques, la « confidentialité est assurée » affirme le président d’ELECTIS. Les fraudes seraient elles-aussi détectables avec ce nouveau système de vote, basé sur la technologie de la blockchain. Un système qui permettra également d’ouvrir un « nouvel espace démocratique », pour que les citoyens « s’expriment plus fréquemment » au niveau local et national, en faisant remonter les convictions des citoyens. Si Gilles Mentré admet qu’il existe encore trop de défauts à ce système (fraude, inégalité intergénérationnelle, illectronisme), les circonstances sont selon lui propices à sa promotion (Covid-19, abstention au plus haut). Mentré a trouvé son marché, et il en profite.

« Endiguer le populisme » avec l’identité numérique

Le vote électronique serait, à...

Contenu réservé aux abonnés

53 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+