politiqueJusticeabonnés

Les « désinvoltes » époux Balkany à nouveau menacés par la justice

06/01/2022

ARTICLE. Le placement des époux Balkany sous bracelet électronique a été révoqué par la justice en décembre. Une centaine d’incidents auraient été constatés. De la « désinvolture », plaide l’avocat des anciens élus de Levallois (92).

Les « désinvoltes » époux Balkany à nouveau menacés par la justice


« Implacable ». Voilà un mot qui plaît à notre ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui n’a de cesse que de l’utiliser dans ses discours. Face à la délinquance, les forces de l’ordre et la justice se doivent d’être « implacables ». Oui, mais voilà, dans l’Eure, un couple de septuagénaires a décidé de faire fi de cette justice pourtant bien arrangeante avec elle. Depuis le 17 décembre, les époux Patrick et Isabelle Balkany ont vu leur placement sous bracelet électronique révoqué.

Le tribunal d’Évreux a considéré que la centaine d’incidents relevés liés à la contrainte du bracelet était suffisante pour justifier cette révocation. Interrogé par Mediapart, l’avocat des époux a justifié ces écarts par « un peu de désinvolture » liée au quotidien du couple dans leur maison de Giverny dans l’Eure. Le couple a décidé de faire appel de cette décision. En cas de maintien par la justice, cette révocation pourrait se traduire par une incarcération.

« Je suis d’ordinaire assez sévère avec les magistrats dont les tentatives d’intimidation des politiques sont flagrantes, nous confie l’ancien avocat Régis de Castelnau, mais ce n’est pas une règle intangible. En l’occurrence, les Balkany ont été plutôt bien traités par la justice jusqu’ici. Le problème de leur comportement, c’est que cela pourrait délégitimer le bracelet électronique au sein de l’opinion publique, alors qu’il s’agit d’un outil pénal pertinent. »

Giverny, la prison dorée ?

Patrick Balkany avait goûté à l’emprisonnement pendant cinq mois, entre septembre 2019 et février 2020. Accusé de fraude fiscale puis de blanchiment aggravé, il avait été condamné une peine de 5 ans de prison, tandis que sa femme avait écopé de quatre ans. Affaibli, l’ancien maire de Levallois avait été libéré pour raison de santé, la Cour ayant estimé que son état de santé était...

Contenu réservé aux abonnés

45 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi