politiqueIslamabonnés

Loi séparatisme : le Sénat veut interdire le burkini, le voile des mineurs et des accompagnatrices

01/04/2021

ARTICLE. Dans le cadre de l’examen de la loi, le Sénat a adopté dans la nuit du mardi au mercredi 31 mars plusieurs amendements visant l’Islam. Des mesures accueillies froidement par le ministre de l’Intérieur, trop content de se voir attaqué sur sa droite.

Loi séparatisme : le Sénat veut interdire le burkini, le voile des mineurs et des accompagnatrices

NB : Il est urgent de désacraliser le sujet de l’immigration. Retrouvez nos analyses, nos diagnostics et nos prescriptions dans notre nouveau numéro Front Populaire n°4 : Immigrations, éviter le naufrage.

Le Sénat vient d’entamer un marathon d’une dizaine de jours pendant lequel il va examiner le projet de loi sur le “séparatisme”. Ce mardi 30 mars avait lieu la première journée de débat et c’est peu dire que le Sénat a sorti l’artillerie lourde : plusieurs amendements sur le voile, ou encore le Burkini ont été adoptés, allant jusqu’à même susciter l’irritation du ministre de l’Intérieur, venu défendre le texte.

Pour les sénateurs, essentiellement du camp de la droite LR, le texte initial n’allait pas assez loin. “J'hésite entre le manque de courage et l'absence de lucidité”, estimait Stéphane Piednoir (LR), apporteur de la commission de la Culture. L’intitulé même de la loi fait l’objet de débats, le camp de Gérard Larcher proposant de la renommer projet de loi “de lutte contre le séparatisme.”

Le Sénat s’est ainsi attaqué à la neutralité au sein du service public. Un premier amendement du groupe LR a été adopté par 177 voix pour, contre 141 voix opposées. Il visait à élargir le principe de neutralité qui s’applique aux travailleurs qui exercent une mission de service public, aux accompagnateurs de sortie scolaire. Une marotte pour les membres LR de la chambre haute du Parlement français. C’est la troisième fois qu’un débat sur cette question a lieu depuis 2019.

Ce vote a été accueilli froidement par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, qui s’est déclaré “très opposé“ au texte. Trop heureux de pouvoir enfin donner des gages à sa gauche, le premier flic de France a considéré que “la neutralité ne s’impose pas aux usagers du service public”,...

Contenu réservé aux abonnés

52 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+