politiqueSouverainetéabonnés

Michel Onfray : « Il faut une souveraineté tous azimuts ! »

07/02/2022

ENTRETIEN. Michel Onfray a récemment donné un entretien pour une revue de géostratégie affiliée au ministère de la Défense. Après rétractation (censure ?) de dernière minute des intéressés, nous publions l’entretien dans son intégralité, en ce jour d'anniversaire de la signature du traité de Maastricht (7 février 1992). 

Michel Onfray : « Il faut une souveraineté tous azimuts ! »


Nous allons tenter de cerner le thème de la souveraineté en en parcourant les rivages politiques, géostratégiques, économiques, militaires… Il fallait naturellement débuter par un peu de production de « pensée ». Que nous disent les philosophes du concept de souveraineté ?

Michel Onfray : « Les » philosophes ne disent rien d’homogène sur ce sujet, tel ou tel peut en revanche nous dire des choses, par exemple les penseurs contractualistes comme Locke, Hobbes ou Rousseau. Mais pendant des siècles, la chose est simple : un pays est souverain, c’est même un pléonasme que de le dire. Un pays qui ne le serait pas serait vassalisé, ce serait un pays qui aurait perdu le pouvoir d’en être un. Actuellement, le Tibet n’est pas souverain parce qu’il est occupé par la Chine, l’Arménie n’est pas non plus un pays souverain car elle est occupée en partie par les Azéris et les Turcs en partie par les Russes.

Mais plus subtilement quand il a fallu obtenir de la France qu’elle renonce à sa souveraineté nationale au profit d’une souveraineté européenne post-nationale, les partisans du traité de Maastricht ne l’ont pas annoncé comme une vassalisation, ce que cette Europe permettait pourtant, personne n’y aurait alors consenti ! La propagande médiatique pour obtenir ce que seules les occupations par la force obtiennent habituellement a de façon binaire opposé les maastrichiens intelligents, cultivés, progressistes, diplômés, éclairés, urbains, riches aux opposants à ce même Traité présentés comme des crétins incultes, réactionnaires, nationalistes donc bellicistes, des ruraux n’ayant rien compris au sens de l’Histoire. Qui pouvait vouloir être un crétin quand le rouleau compresseur médiatique écrasait tout refus de la vassalisation présenté comme une idée d’abruti ?

Comment caractérisez-vous la souveraineté ? Dans « souveraineté » il y a le latin « super », au-dessus… La «...

Contenu réservé aux abonnés

83 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+