politiquePlan de relance

Plan de relance : 1 % pour ceux qui nourrissent la France 

L’agriculture française doit se débrouiller avec 1 milliard soit 1 % de l’enveloppe nationale pour se « relancer ». Il faut, l’espace d’une annonce largement médiatisée, se mettre à réfléchir à la comptabilité des agriculteurs quand, le soir venu, il leur faut aligner les chiffres sous la lampe jaune qui éclaire la toile cirée.

Plan de relance : 1 % pour ceux qui nourrissent la France 

L’agriculture française doit se débrouiller avec 1 milliard soit 1 % de l’enveloppe nationale pour se « relancer ». Il faut, l’espace d’une annonce largement médiatisée, se mettre à réfléchir à la comptabilité des agriculteurs quand, le soir venu, il leur faut aligner les chiffres sous la lampe jaune qui éclaire la toile cirée. Pour mesurer l’impact que peut avoir le plan de relance sur l’agriculture, il faut se mettre à la place du vigneron roussillonnais qui ne vendangera pas cette année car le mildiou a ravagé toute sa production, à la place de l’éleveur de porcs qui n’en finit plus d’engager des prêts courts termes pour rembourser du long terme, à la place de ces agriculteurs qui ont dû brader leurs broutards au printemps et subir les effets d’une sécheresse dévastatrice en plein coeur de l’été.

Florilège d’exemples qui reflètent le quotidien d’un monde paysan confronté aux lois du marché, aux compétitions déloyales, aux caprices des éléments et à la multiplication des contraintes administratives ou environnementales. Oui, il faut l’espace d’une annonce largement médiatisée s’asseoir dans le tracteur de ces agriculteurs ou se mettre à réfléchir devant leurs comptabilités quand, le soir venu, il faut aligner les chiffres sous la lampe jaune qui éclaire la toile cirée.

Car, finalement, une fois ôté l’emballage, le cadeau n’a plus grand intérêt. 1,2 milliards desquels il faut retirer 200 millions octroyés à la forêt, et voilà que l’agriculture française doit se débrouiller avec 1 milliard soit 1 % de l’enveloppe nationale pour se « relancer ».

Mais de quoi parle-t-on exactement ? Si ce n’est d’une somme qui pourrait être répartie entre 440 000 agriculteurs. Ce qui représenterait 2272 euros pour chacun d’entre eux, sachant que le taux d’endettement moyen en agriculture est compris, selon les statistiques, entre 160 000 et 200 000 euros.

Sachant également que ce coup...

Contenu disponible gratuitement

57 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+