politiqueEuropeabonnés

Pour Castaner, la présidentielle n’est qu’une élection « locale » européenne

16/12/2021

ARTICLE. Alors que la France s’apprête à prendre la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne le 1er janvier et pour six mois, le camp macroniste annonce la couleur : encore plus d’Europe et de propagande à venir.

Pour Castaner, la présidentielle n’est qu’une élection « locale » européenne


Ce sera le point d’orgue de l’actuel mandat macroniste. Du 1er janvier au 30 juin 2022, la France prendra la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. L’occasion pour l’Assemblée nationale d’en débattre ce mercredi 15 décembre 2021 et pour LREM de rappeler son allégeance pleine et entière à l’Union européenne. Quitte à qualifier l’élection présidentielle — celle où l’abstention est pourtant traditionnellement largement la moins forte — de simple élection « locale ».

Ces propos pour le moins surprenants sont ceux de l’ancien ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner (LREM). Dans un discours consacré à vanter les mérites de l’action macronienne sur l’Union européenne, le député de la majorité s’est enflammé. Faisant référence aux députés de l’opposition qui souhaitaient que la France ne prenne pas cette présidence au vu des échéances électorales de la présidentielle à venir, il s’est exclamé, « certains auraient même souhaité que la France passe son tour : “Excusez-nous, mais en raison d’une élection locale, la France s’efface”. Une aberration pour l’ancien ministre.

Dans les travées de l’opposition LR, des voix se sont étranglées. Locale ? Était-ce là donc le qualificatif adéquat pour évoquer l’élection majeure française et du monarque républicain ? Locale « àl’échelle de l’Europe, bien sûr ! » a poursuivi le chef de la majorité parlementaire à l’Assemblée, continuant non sans dédain : « la France est un élément de l’Europe !  À moins, chers collègues, que vous ne considériez, avec votre présomption habituelle, que la France, c’est l’Europe ». La messe était dite, « la France est grande dans une Europe forte ». Elle doit donc s’y diluer. Quitte à n’en devenir qu’une simple localité ?

Les médias ont « un rôle à jouer »

Cette polémique langagière n’est que la face émergée de l’iceberg idéologique européen qui anime...

Contenu réservé aux abonnés

62 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+