politiqueWokisme

Sandrine Rousseau, l’ambassadrice prisonnière du Wokistan

08/11/2021

OPINION. L’échange entre Sandrine Rousseau et l’essayiste Fatiha Agag-Boudjahlat sur le voile a mis en lumière l’impasse mortifère de l’idéologie woke : une tyrannie des minorités maquillée de bonnes intentions.

Sandrine Rousseau, l’ambassadrice prisonnière du Wokistan


La campagne d’affiches du Conseil de l’Europe qui montrait des femmes portant le voile avec le slogan « Liberté dans le hijab » a suscité un tollé. Les affiches ont été rapidement retirées face à la levée de boucliers. Sandrine Rousseau a été interpellée à ce sujet par l’enseignante et essayiste Fatiha Agag-Boudjahlat sur LCP dans l’émission Ça vous regarde.

L’échange est instructif pour deux raisons : la méthodologie woke de la disqualification de l’interlocuteur est ici renversée par Fatiha Agag-Boudjahlat qui va enfermer Sandrine Rousseau dans les limites de son propre raisonnement. En second lieu parce que Sandrine Rousseau porte une parole de bonnes intentions complètement déconnectée du réel.

Revenons d’abord de manière succincte sur les faits. La séquence dure un peu plus de 5 minutes et est disponible sur internet (entre la 45e et la 50e minute). Fatiha Agag-Boudjahlat dénonce une campagne orwellienne qui prétend que la liberté serait dans le hijab, ce qui est, selon elle, une normalisation d’une pratique patriarcale, rétrograde et sexiste. Pire, les affiches reprennent les éléments de langage des islamistes : la liberté est dans le voile. Fatiha Agag-Boudjahlat rappelle que le port du voile est une obligation dans nombre de pays islamistes et qu’en ce sens, dans ces pays, le hijab ne peut pas être assimilé à la liberté. Cette liberté est possible dans les pays d’Europe où justement la République protège les individus du prosélytisme religieux. Elle aurait préféré une égalité de reconnaissance des femmes musulmanes voilées et non voilées (et des femmes non musulmanes), car le voile est assimilé à la pureté, la pudicité autant d’atouts que ne possèderaient pas, selon les tenants d’un islam radical, les femmes non voilées. Ainsi, le port du voile n’est pas une liberté dans les pays comme l’Iran, il est une obligation.

En...

Contenu disponible gratuitement

84 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi