politiqueabonnés

Taha Bouhafs, journaliste ou cyberharceleur ?

03/05/2021

ARTICLE. La famille de Fatiha Agag-Boudjahlat a subi une vague de harcèlement ce week-end. Selon l’enseignante, Taha Bouhafs en serait à l’origine. Un nouveau trophée pour le journaliste militant, qui n’en est pas à son coup d’essai sur les réseaux sociaux.

Taha Bouhafs, journaliste ou cyberharceleur ?


Taha Bouhafs est journaliste. Bien que son passé de militant ait longtemps suscité débats et interrogations, le métier du jeune homme de 24 ans ne fait désormais plus de doutes. C’est ce qui rend par ailleurs ses élans d’indignation, ses emportements qui confinent au grotesque et son utilisation malsaine des réseaux sociaux difficilement pardonnables. Dernière victime en date, l’essayiste et enseignante Fatiha Agag-Boudjahlat. Ce week-end, celui qui se qualifie lui-même de “journaliste de lutte” a ainsi tweeté :  « Le frère de Fatiha @AgagBoudjahlat dont elle est trop fier (sic) et qu’elle adore est tête de liste pour le rassemblement national. Faisons semblant d’être tous très étonnés. »

Dans le viseur du justicier militant, Kamel Agag-Boudjahlat, qui était alors investi en tête de liste Rassemblement national conduite par Julien Odoul pour la région Bourgogne Franche-Comté. Finalement, le frère de Fatiha s’est rétracté ce matin, arguant avoir voulu « infiltrer le RN » pour faire le buzzet écrire un livre. Que cette position soit avérée ou pas, il n’en demeure pas moins qu’elle a été déclenchée par le torrent de haine qui s’est abattu à la suite du tweet de Taha Bouhafs. Sa sœur a évoqué sur Twitter quelques 1 100 appels menaçant ou injurieux contre elle et sa famille. Kamel, lui, a estimé que “c’est allé trop loin, je mettais en danger les membres de ma famille, avec un déferlement de haine, injures et menaces sur les réseaux sociaux.”

Insultes, doxxing, appel au signalement de masse

Voici une chronique de la haine habituelle qui sévit sur les réseaux sociaux. Cette haine, pernicieuse, anonyme, lâche, qui est véhiculée, orientée par des comptes influents. Taha Bouhafs, tout journaliste soit-il, excelle à ce petit jeu pervers. Appel au signalement contre le compte SG-CIPDR coupable de critiquer publiquement un tweet...

Contenu réservé aux abonnés

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+