politiqueEmmanuel Macronabonnés

Versailles, sommet de la propagande macronienne

12/03/2022

ANALYSE.  "Le souverainisme européen": Emmanuel Macron n'a eu que cette formule à la bouche durant le sommet européen qui vient de se tenir à Versailles. Un slogan électoraliste et fallacieux, destiné à masquer la réalité autrement prosaïque et traditionnelle de nos relations avec les autres Etats-membres.

Versailles, sommet de la propagande macronienne


Aux journalistes audiovisuels qui l'interrogeaient avant-hier sur le parvis du chateau de Versailles au sujet de la guerre en Ukraine, Emmanuel Macron, dont le sourire cachait mal le bonheur d'être la vedette du jour, a d'abord fait une réponse en français. "Je suis inquiet, pessimiste", a-t-il lancé, l'air pénetré. Avant de déclarer quelques instant plus tard à l'envoyée spéciale de la BBC qui lui demandait de s'exprimer en anglais: "I am optimistic" (sic). Janus horribilis!

A l'intérieur du palais, même double langage. Lors du point presse, le chef de l'Etat a annoncé fièrement qu'il oeuvrait pour "la souveraineté européenne". Mais à huis-clos, parmi ses homologues chefs d'Etats et de gouvernement de l'Union européenne (UE), il a d'évidence présidé un sommet composé d'Etats-nations antonomes et fiers de l'être. A commencer par l'Allemagne, qui a décidé la semaine dernière de se réarme de manière souveraine et résolue, c'est-à-dire sans demander l'avis des autres Etats-membres, mais en accord avec Washington à qui l'achat d'avions de chasse F35 américains a, dit-on, été promis. Tu parles d'une "souveraineté européenne"!

L'Allemagne qui d'ailleurs s'est comportée de façon non moins souveraine quand elle a fait savoir hier, par la voix du chancelier Olaf Scholz, qu'elle refusait de rompre ses liens commerciaux avec la Russie malgré les pressions de ses partenaires européens plus indépendants au plan énergetique: "Si demain, en Allemagne, les lumières s’éteignent, cela n’arrêterait pas les chars", avait prévenu dimanche la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock.

Idem pour l'accueil des réfugiés: il a été décidé que chaque pays de l'UE pourrait soit appliquer la règle européenne fixée en 2001 (et jamais appliquée dans les faits), soit sa législation nationale. L'union peut attendre...

Alors certes, le sommet de Versailles a acté la livraison par les 27 de matériel humanitaire et d'armes à destination de l'Ukraine...

Contenu réservé aux abonnés

37 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+