sociétéJustice

Affaire « balance ton porc » : un précédent inquiétant

OPINION. Il y a quelques jours, la condamnation pour diffamation de Sandra Muller a été infirmée en appel. La journaliste avait été condamnée pour avoir diffamé Eric Brion qu’elle avait accusé de harcèlement à l’aube du mouvement #balancetonporc. Une décision de la Cour d’appel très contestable selon Régis de Castelnau.

Affaire « balance ton porc » : un précédent inquiétant

La décision rendue par la Cour d’appel de Paris dans l’affaire qui opposait Éric Brion et la journaliste Sandra Muller illustre une fois de plus ce qui constitue une dérive. Les juridictions s’éloignent du terrain juridique pour investir celui de la morale. Ou plutôt, celui de la moraline, c’est-à-dire ce corpus d’idées qui caractérise aujourd’hui le conformisme et la bien-pensance bourgeoise. Et ce n’est pas une bonne nouvelle.

Revenons rapidement sur les faits : au moment du déchaînement planétaire à l’occasion de l’affaire Weinstein, était apparu le hashtag #metoo dont l’utilisation était destinée à permettre la libération de la parole des femmes confrontées au harcèlement sexuel. Il s’agissait d’un appel aux témoignages destiné à nourrir un débat sociétal, mais en aucun cas un appel à la délation nominative des harceleurs. Il fallait conserver cette limite dans la mesure où ce débat légitime et nécessaire pouvait être ainsi exempt d’accusations personnelles et de règlements de compte de nature à le transformer en une succession de lynchages médiatiques. Malheureusement, dès ce moment-là, société du spectacle oblige, certains ont franchi cette frontière et nommément accusé des personnes qui se retrouvèrent alors, confrontées au déferlement médiatique, et dans des situations particulièrement difficiles. Fort souvent, les accusations portaient sur des faits prescrits, rendant impossible l’intervention de la justice qui aurait permis le déroulement d’un débat contradictoire, et l’application du principe de la présomption d’innocence. En octobre 2017, une des premières à s’être bruyamment lancée dans la mise en cause nominative fut Sandra Muller initiatrice du fameux hashtag #BalanceTonPorc. Sa cible personnelle avec laquelle elle entendait régler un compte était l’ancien directeur d’une chaîne de télévision qui lui aurait dit en 2012 (!) dans une réception, alors qu’il était alcoolisé : « Tu as de gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te...

Contenu disponible gratuitement

76 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi