sociétéMédiasabonnés

Concentration des médias : le Sénat se déchire

04/04/2022

ARTICLE. Trop complaisant avec Vincent Bolloré pour les uns, trop obligeant vis-à-vis du service public pour les autres… Le rapport sénatorial sur la concentration des médias (sujet traité par Jacques Sapir dans le dernier numéro de la revue Front populaire) a provoqué une grosse tension chez les membres de la commission d’enquête.

Concentration des médias : le Sénat se déchire


Il aura fallu attendre minuit, ce mardi 29 mars, pour qu’au terme de six heures de délibération les membres de la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias trouvent enfin un terrain d’entente. Le rapport, présenté ce jeudi 31 mars, a été amendé treize fois par la droite sénatoriale. Le groupe LR a souhaité rééquilibrer un texte qu’il jugeait trop à charge sur certains points, reprochant au rapporteur PS David Assouline d’être trop radical.

Au cœur de la polémique, Vincent Bolloré. Tout d’abord parce que les sénateurs se sont interrogés sur les conséquences que pourraient avoir, sur le monde médiatique, l’absorption annoncée du groupe Lagardère par le groupe Vivendi, appartenant à Vincent Bolloré. Inquiétude également du côté du monde de l’édition ; la fusion de Hachette et Editis pourrait donner naissance à un géant qui engloberait à lui seul 52 % du top 100 des ventes de l’édition française.

Au-delà des rapprochements entre ces deux groupes, les sénateurs de droite, jugeant le rapporteur David Assouline trop agressif, ont peu goûté l’audition de Vincent Bolloré. Un malaise qui s’est également ressenti, selon eux, dans le rapport. Dans Le Monde, Max Brisson (LR) estime que le document « montrait beaucoup de mansuétude à l’égard de l’audiovisuel public, et menait un réquisitoire disproportionné contre Vivendi, compte tenu de l’audience de CNews. »

Ce à quoi lui rétorque dans les mêmes colonnes le sénateur Assouline : « les LR ont mené une offensive violente, comme s’ils étaient en mission pour protéger le groupe Bolloré de toute critique ». Bien que David Assouline estime que CNews soit une « chaîne d’opinion », les sénateurs LR ont obtenu que CNews soit qualifiée de « chaîne de débat » — ce qu’avait affirmé l’homme d’affaires lors de son audition — et que soit inscrit...

Contenu réservé aux abonnés

48 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi