sociétéEELVabonnés

La municipalité de Grenoble va-t-elle subventionner le prochain Mois Décolonial ?

28/01/2022

ENQUÊTE. Une subvention de 4 000 € a été accordée à l’association Virus 36 en commission solidarité par les élus municipaux de Grenoble. Une fois validée en conseil municipal en février prochain, elle servira à l’organisation du prochain « Mois Décolonial » en mars. Une preuve de plus de la complaisance de la municipalité menée par Éric Piolle vis-à-vis des décoloniaux ?

La municipalité de Grenoble va-t-elle subventionner le prochain Mois Décolonial ?


Mise à jour : le 7 février, le conseil municipal de Grenoble à validé la subvention de 4000 euros à l'association Virus-36, à 42 voix pour et 6 contre. 

Le prochain « Mois Décolonial » à Grenoble subventionné par la municipalité d’Éric Piolle ? Le 14 janvier 2022 se tenait la commission solidarité à Grenoble… et la majorité a validé l’octroi d’une subvention de 4 000 euros (sur les 8 000 initialement réclamés) à Virus 36. Cette association — qui promeut sur son site l’« éducation populaire », la « pédagogie active » et la « lutte contre le sexisme » — a été présentée en commission comme organisatrice de la deuxième édition du « Mois Décolonial » qui devrait se tenir en mars 2022. La ville de Grenoble tient tout de même à préciser qu’elle n’est pas - à ce stade et « dans l’attente d’éléments complémentaires » - partenaire de l’événement.

Le 13 décembre 2021, quelques semaines auparavant cette commission, Éric Piolle, maire EELV de la ville, avait été interrogé en conseil municipal. Émilie Chalas, députée LREM de la 3e circonscription du département avait demandé si la ville de Grenoble participerait à ce futur Mois Décolonial. Rappelant que « nous n’avons pas muselé et nous ne nous musellerons pas les expressions », Éric Piolle avait affirmé « notre fierté d’accueillir des temps d’échange et de débat important pour la démocratie ici à Grenoble ».

Et l’édile de se lancer alors dans une longue diatribe sur l’extrême droite et ses dangers tout en rappelant que, « contrairement à Éric Zemmour condamné pour discrimination à la haine raciale, aucun des intervenants des événements que nous avons accueillis à Grenoble n’ont fait l’objet d’une condamnation ». Taha Bouhafs, journaliste militant du Média, condamné le 28 septembre 2021 pour "injure...

Contenu réservé aux abonnés

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+