sociétéPrésidentielleabonnés

Liberté de la presse : la Macronie devrait absolument éviter les leçons de morale

14/04/2022

ARTICLE. Marine Le Pen, considérant que l'émission Quotidien n'est que du « divertissement  », ne donnera pas d’accréditation à ses journalistes. Très vite, la Macronie hurle à l’extrême droite. Mais il faut bien le rappeler : le quinquennat d’Emmanuel Macron a été catastrophique en matière de liberté de la presse.

Liberté de la presse : la Macronie devrait absolument éviter les leçons de morale


Avec une candidate classée médiatiquement à l’extrême droite, la question de la liberté de la presse est devenue sensible dans cet entre deux tours de la présidentielle. Ce mardi 12 avril, Marine Le Pen a donné une conférence de presse à Vernon, dans l’Eure, sur « la démocratie et l’exercice du pouvoir ». Interrogée sur la non-présence des journalistes de l’émission Quotidien, la candidate du RN a assumé le choix de ne pas leur distribuer d’accréditations. La raison ? Marine le Pen estime que l’émission présentée par Yann Barthès est une émission de « divertissement » et non « d’information ». Il n’y aurait donc « pas de journalistes chez Quotidien », considère-t-elle, légitimant ainsi son refus de les accréditer. Elle se justifie, sourire aux lèvres, auprès d’un journaliste de Libération : « Je suis chez moi, dans mon QG, dans mon mouvement ».

Cette séquence, filmée, a suscité de nombreux commentaires négatifs au sein de la Macronie. Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale n’a pas tardé à persifler : « Les leçons de liberté de la presse de Marine Le Pen. Derrière le sourire affiché, le mépris total de...

Contenu réservé aux abonnés

88 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi