economieIndustrieabonnés

Alstom transport affiche un carnet de commandes plein à craquer

30/07/2021

ARTICLE. Après une décennie douloureuse, l’entreprise Alstom affiche désormais une santé insolente. Son chiffre d’affaires a progressé de 146% en 2020 et elle affiche un carnet de commandes de 76,8 milliards d’euros fin juin 2021. De quoi faciliter l’intégration de l’entreprise Bombardier, rachetée en janvier.

Alstom transport affiche un carnet de commandes plein à craquer

Son chiffre d’affaires a progressé de 146 % sur un an, atteignant 3,7 milliards d’euros en 2020. Alstom ne connaît pas la crise. Alors que le Covid a plongé l’économie européenne dans la récession, lui faisant subir une chute de 6,8 % de son PIB en 2020, le géant constructeur ferroviaire français affiche une santé insolente. Son carnet de commandes, qui se chiffre à 76,8 milliards d’euros fin juin 2021, lui offre également de belles perspectives à court et moyen terme.

Alstom, le numéro deux mondial de la construction ferroviaire

Les contrats se sont enchaînés ces derniers mois. Le 17 juin, le groupe Alstom a signé « le plus gros contrat ferroviaire de l’histoire du Danemark ». Une commande conclut avec la Danish State Railways (DSB), au prix global de 2,6 milliards d’euros. Elle prévoit la livraison de 100 trains Coradia Stream, 15 années de maintenance et enfin, la possibilité de commandes supplémentaires à terme.

Des contrats similaires ont été conclus avec l’Espagne, le Mexique ou bien les États-Unis. En France un accord de 1,1 milliard d’euros « pour fournir la prochaine génération de trains périurbains reliant Paris et la banlieue » a également été signé avec la région Île-de-France.

En 2021, le géant industriel va devoir valider la seconde étape de l’achat de Bombardier Transport. En janvier et pour 5,5 milliards d’euros, Alstom a pu acquérir l’entreprise canadienne, devenant ainsi le numéro deux mondial du secteur.

Sur ces 5,5 milliards, 1,1 ont été consacrés à éponger la trésorerie négative de Bombardier Transport. L’entreprise canadienne était en souffrance. En 2019, Bombardier a subi une perte nette de 1,6 milliard de dollars américains contre un bénéfice de 318 millions l’année précédente. Pour se désendetter, elle a décidé la vente de sa branche ferroviaire à Alstom.

« Maintenant, j’ai un pot...

Contenu réservé aux abonnés

56 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+