economieIndustrie

Chantiers de l’Atlantique : la vente du fleuron français abandonnée

28/01/2021

ARTICLE. Les gouvernements français et italien ont annoncé hier l’abandon du projet de vente des Chantiers de l’Atlantique à l’italien Fincantieri. La fin d’un épisode industriel qui permet d’assurer à la France l’intégrité d’une partie de ses savoir-faire stratégiques.

Chantiers de l’Atlantique : la vente du fleuron français abandonnée

A tout mal un bienfait ? Difficile à soutenir dans le cadre du Covid, et pourtant, c’est bien à la crise sanitaire que l’on doit l’abandon du projet de rachat des Chantiers de l’Atlantique par le constructeur italien Fincantieri. Cet abandon a été annoncé dans un communiqué de presse conjoint hier entre les ministres de l’Économie français (Bruno Le Maire) et italien (Stefano Patuanelli) : « La France et l'Italie prennent acte du fait que le contexte économique actuel ne permet pas de poursuivre le rapprochement envisagé entre les Chantiers de l'Atlantique et Fincantieri. »

Les Chantiers de l’Atlantique représentent l’un des derniers emblèmes de feu la puissance industrielle française. Haut lieu de l’excellence française en matière de construction navale, que ce soit en termes de paquebots de croisières ou de navires militaires, l’entreprise encore détenue par la France à hauteur de 84,3% via son Agence de participation de l’Etat (APE) – devant Naval Group (11,7%), les salariés (2,4%) et des sociétés locales (1,6%) -, devait passer sous pavillon italien. La reprise des Chantiers de l’Atlantique par Fincantieri avait été annoncée en septembre 2017.

Le projet d’alliance franco-italienne était censé donner naissance à un champion européen considéré comme le futur « Airbus de la mer ». Mais la Commission européenne, qui veille perpétuellement à lutter contre les monopoles pour assurer la bonne application du vieux mythe libéral de la « concurrence pure et parfaite », s’est montré très réticente tout le long du dossier (au même titre qu’elle avait lutté contre la fusion Alstom-Siemens). Une fois n’étant pas coutume, on peut remercier la Commission européenne. L’accord rocambolesque conclu en février 2018 prévoyait que l’Italie et la France partageraient le capital à 50%, plus 1% de majorité accordé à l’Italie par la France sous forme de prêt, octroyant à Fincantieri le...

Contenu disponible gratuitement

48 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+