economieIndustrieabonnés

Derrière la crise du nucléaire se cache celle du manque de soudeurs

28/12/2022

ARTICLE. Si la France n’avait pas pratiquement cessé de construire des réacteurs, nous aurions eu les compétences pour régler plus vite les actuels arrêts de réacteurs dus à la corrosion, estime Jean-Bernard Levy. Pour l'ancien dirigeant d'EDF, l'entreprise manque cruellement de soudeurs hautement qualifiés.

Derrière la crise du nucléaire se cache celle du manque de soudeurs


La crise énergétique française ? Les problèmes de corrosions dans les centrales ? Mais c’est la crise du nucléaire ! clament en chœur les opposants à cette technologie. La preuve que ça ne fonctionne pas, s’extasie-t-on la bouche en cœur chez EELV ou LFI, trop heureux de pouvoir profiter de l’occasion offerte. Mais si toutes ces maintenances, ces retards de redémarrage de réacteurs n’étaient — en partie — qu’un simple problème de Ressources humaines ? Et si tout n’était qu’une problématique de manque de compétences, de manque de professionnels de la soudure ? Et si le délicat traitement de la défaillance inédite du parc français n’était que la conséquence délétère et directe de dix à vingt années de décisions politiques l’ayant guidé droit dans le mur ?

« Sur la corrosion sous contrainte, on me dit que nous avons environ cent soudeurs qualifiés » explique Jean-Bernard Levy, ce 14 décembre face à...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi