economieEnergieabonnés

La France n'est plus le premier exportateur d'électricité d'Europe

15/08/2022

ARTICLE. Des centrales nucléaires qui tournent au ralenti, des barrages hydrauliques qui souffrent de la sécheresse, des énergies renouvelables intermittentes, du recours au gaz… L’année 2022 sonne-t-elle la fin de l’excellence énergétique française ?

La France n'est plus le premier exportateur d'électricité d'Europe


Est-ce la fin d’une époque ? Si seul l’avenir permettra de répondre précisément à cette question, il est des chiffres qui font mal. La Suède a détrôné la France en 2022, devenant le premier exportateur net d’électricité en Europe. Sur le premier semestre 2022, le pays nordique a exporté 16 TWh en Europe. La France l’aurait largement dépassé en 2021, quand elle exportait pas moins de 21,5 TWh sur la même période. Las, en 2022, la douche est froide. Non seulement la France a perdu sa première place européenne, mais en plus, son solde import/export est désormais négatif, atteignant près de -2,5 TWh.

Que s’est-il passé en l’espace de si peu de temps ? Deux facteurs sont à prendre en compte. Tout d’abord, les problèmes des centrales nucléaires. Le 5 août, 29 des 56 réacteurs nucléaires étaient à l’arrêt. Il y a ceux qui le sont pour des problématiques de maintenances prévues, comme il est d’usage de le faire chaque été. En soi, rien d’anormal. Mais douze autres réacteurs font face à des problèmes de corrosions constatés au niveau des soudures des coudes des tuyauteries d’injection de sécurité. EDF a donc décidé de les mettre à l’arrêt, avec l’aval de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Leur remise en services sera étalée entre le 7 août 2022 et le 18 février 2023.

Maudit changement climatique

À ces difficultés sont venues se greffer deux autres anicroches, liées au changement climatique. Au « Grand Jury », le 22 mai 2022, Jean-Luc Mélenchon tonnait : « On ne refroidit pas une centrale nucléaire avec de l’eau chaude ». Le chef de la France Insoumise prédisait des arrêts de réacteurs de ce fait, qualifiant alors le nucléaire d’intermittent. Force est de constater que Jean-Luc Mélenchon a eu tort et raison à la fois.

Raison, car...

Contenu réservé aux abonnés

63 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+