economiePêcheabonnés

Mais que s’est-il passé à Jersey avec les pêcheurs français ?

09/05/2021

ARTICLE. Ce jeudi 6 mai, une soixantaine de bateaux de pêche français se sont réunis devant le port de Saint-Hélier (Jersey) pour protester contre les restrictions imposées par Londres après le Brexit. Craignant un blocus du port, deux navires de guerre britanniques ont même été dépêchés sur place.

Mais que s’est-il passé à Jersey avec les pêcheurs français ?

À lire les tabloïds anglais, on eut pu croire que la revanche de la bataille de Trafalgar avait sonné quand quelques dizaines de bateaux de pêche français sont venus manifester devant l’île de Jersey. Piqué au vif, Londres a alors envoyé deux navires de guerre, le HMS Severn et le HMS Tamar, ce à quoi Paris a répliqué en envoyant deux patrouilleurs. Finalement, les pêcheurs français ont levé l’ancre en fin de journée, ce qui a fait jubiler le Daily Mail qui a titré « Le Grand Surrender », soulignant la supposée « habitude bien française » à capituler.

Les faits

Tout a commencé le vendredi 30 avril, lorsque le Royaume-Uni a publié une liste des licences autorisant seulement 41 navires français à pêcher dans les eaux de Jersey sur 344 demandes au total. Ces licences d’autorisation ont été assorties de nouvelles exigences non prévues, selon les autorités françaises, dans l’accord du Brexit, comme par exemple des limitations d’accès dans l’espace (zones non autorisées) et dans le temps (limitation du nombre de jours en mer). La ministre française la Mer Annick Girardin a alors déclaré : « C’est tout simplement inadmissible ». De son côté, Londres a assuré avoir « octroyé les licences de pêche conformément à l’accord commercial ».

Dès lors, Mme Girardin a protesté auprès de la Commission européenne, seule en charge de négocier avec le Royaume-Uni, pour obtenir des « éclaircissements ». Elle a aussi menacé l’île de Jersey de mesures de rétorsions, notamment de privation d’électricité, – 95 % de l’électricité de l’île étant fourni par le câble sous-marin français d’EDF – si l’accès des pêcheurs français restait interdit.

Sans attendre la résolution d’une situation qu’ils jugent « injuste », des dizaines de pêcheurs normands et bretons ont entamé une opération...

Contenu réservé aux abonnés

76 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+