economiehôpital

Malgré la pandémie, la suppression des lits d’hospitalisation continue !

04/11/2020

ARTICLE. On aurait pu penser que la pandémie et la crise de l’hôpital public ouvrent les yeux du gouvernement et le poussent à revoir sa politique sanitaire. Il n’en est rien : une dizaine d’hôpitaux en France envisage actuellement de fermer des centaines lits d’hospitalisation.

Malgré la pandémie, la suppression des lits d’hospitalisation continue !

Fin mars 2020. La France est confinée depuis une semaine. Emmanuel Macron est à Mulhouse et annonce un « plan massif » pour l’hôpital : « L’engagement que je prends ce soir c’est qu’à l’issue de cette crise un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital. C’est ce que nous leur devons, c’est ce que nous devons à la Nation. Cette réponse sera profonde et dans la durée. »

Six mois après ces belles paroles, l’hôpital public connaît une situation plus délétère que jamais. En juillet, à l’issue du Ségur de la santé, a été annoncée entre autres la réouverture de 4000 lits d’hôpital « à la demande ». Mais ces lits « à la demande » masquent en réalité la suppression de lits d’hospitalisation : ainsi, plus d’une dizaine d’hôpitaux sur tout le territoire vont devoir fermer des centaines de places.

C’est notamment le cas à Besançon. En septembre 2020, la direction du CHU de Besançon a annoncé la suppression d’un service entier de soins de suite et de réadaptation, soit 28 lits. Si l’on ajoute les autres établissements du Groupement hospitalier de territoire Centre Franche- Comté, ce sont 80 lits qui ont fermé depuis le début de l’été.

Au CHU de Clemont-Ferrand, les fermetures de lits qui ont eu lieu lors de la première vague au mois de mars font craindre aux soignants des suppressions à long terme. Au printemps, « des chambres du service de cardiologie ont été transformées en chambres pour les malades du Covid, des chambres de deux lits sont devenues alors des chambres d’un seul lit. Nous ne sommes pas encore repassés à deux lits. Nous avons aussi perdu des lits dans le service d’endocrinologie, 28 lits d’hospitalisation complète ont été transformés en hospitalisation de jour...

Contenu disponible gratuitement

64 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+