economieRéindustrialisationabonnés

Pour Louis Gallois, la France n’est plus un pays souverain

25/11/2022

ARTICLE. Dans un entretien accordé au Figaro, Louis Gallois se penche sur les enjeux de réindustrialisation de notre pays. Et réclame une clarification des relations franco-allemandes.

Pour Louis Gallois, la France n’est plus un pays souverain


La France traverse une zone de turbulence économique sans précédent. Mois après mois, elle creuse le sillon du déficit de sa balance commerciale, à tel point que celui-ci atteint les 150 milliards d’euros sur un an glissant. Un record. Interrogé par Le Figaro, l’ex-capitaine d’industrie et haut fonctionnaire Louis Gallois n’y va pas par quatre chemins. « Un pays n’est pas souverain quand sa balance commerciale est déficitaire de 150 milliards d’euros », assène le co-président du think tank la Fabrique de l’industrie.

Très présent médiatiquement ces derniers mois, l’ancien PDG d’EADS tente d’expliquer les enjeux d’une nécessaire réindustrialisation sur notre territoire. Louis Gallois, qui fut, en 1981, directeur de cabinet de Jean-Pierre Chevènement au ministère de la Recherche et de l’Industrie, s’interroge sur la crise énergétique et sur ses conséquences délétères pour l’économie des industries françaises. « Aux États-Unis, l’énergie coûte désormais cinq à dix fois moins cher qu’en Europe », explique-t-il, craignant « un vrai risque de délocalisation ».

Dans le viseur de Louis Gallois : l’Allemagne et les relations pour le moins déséquilibrées que le pays du chancelier Scholz entretient avec son voisin français. Sur la hausse du prix de l’énergie, « l’essentiel (…) résulte du fait que l’Allemagne, étroitement dépendante du gaz russe » a dû « en hâte se retourner vers le marché mondial et acheter au prix fort les quantités dont elle avait un besoin pressant ». Et alors que Berlin entend mettre en place un bouclier tarifaire à « 130 euros le MWh pour 70 % de l’électricité consommée » pour ses entreprises, elle s’oppose depuis plusieurs mois à la fixation d’un plafond raisonnable de prix pour le gaz acheté par l’Europe.

Une clarification des relations franco-allemandes attendue et nécessaire

« L’Allemagne s’est opposée à tout ce que proposait la France alors...

Contenu réservé aux abonnés

45 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi