sociétéentreprisesFPContenu payant

Victime d’un Covid long, l’enseigne Camaïeu en liquidation

ARTICLE. En sursis après deux ans de crises à répétition, l’enseigne française de prêt-à-porter a été placée en liquidation judiciaire ce mercredi. Le « quoi qu’il en coûte » macronien n'aura pas sauvé l'entreprise, ni ses 2.600 employés mis à la porte.

/2022/09/camaieu-quoi-qu-il-en-coute


La crise du Covid a beau être derrière nous, ses conséquences sont encore bien concrètes. Ce mercredi 28 septembre, le tribunal de commerce de Lille a prononcé le placement de Camaïeu en liquidation judiciaire, sonnant ainsi le glas des 2 600 emplois de l’entreprise et de ses plus de 500 magasinssur le sol français. L’actionnaire Hermione People & Brands (HPB) n’a pas su convaincre le tribunal de sa capacité à sauver l’enseigne de prêt-à-porter, criblée de dettes.

Camaïeu paie cher la crise du Covid, ses confinements et ses couvre-feux successifs. En mai 2020, l'entreprise avait d’ailleurs déposé le bilan et avait été placée en redressement judiciaire. Son chiffre d’affaires avait connu une baisse de 95 %, équivalent à un manque à gagner de 162 millions d’euros. À l’époque, elle s’était vue refuser un prêt garanti par l’État (PGE), déclenchant une crise de trésorerie, semblable à celle qui frappait tout le secteur et des enseignes similaires, comme André, La Halle ou bien Naf Naf.

Cette crise tombait mal, alors que le groupe, déjà en forte difficulté financière, venait d’être racheté par la Financière immobilière bordelaise (FIB) et sa branche de distribution Hermione People & Brands. Bien que le groupe soit d’envergure — il possède 23 magasins Galeries Lafayette ou bien encore la chaîne de magasins Go Sport — il n’a pu mener à terme son plan de transformation de l’entreprise, alors qu’un accord de financement bancaire était sur le point d’aboutir avant mars 2020.

L’État ne veut plus dépenser d’ « argent magique »

Deux ans plus tard, la crise du Covid se rappelle au bon souvenir des dirigeants de Camaïeu. Ses actionnaires pointent du doigt une décision de la Cour de Cassation du 30 juin, « refusant aux commerçants la baisse des loyers de la période Covid ». Malgré des...

Vous aimerez aussi