InternationalHaut-Karabakh

Apocalypse Arménie : l’indispensable témoignage pour comprendre ce qui se passe au Haut-Karabakh

11/11/2020

ARTICLE. On ne peut comprendre les six semaines de combats intenses qui viennent de se dérouler au Haut-Karabakh sans la perspective historique. Le récit d’Aurora Mardiganian, Apocalypse Arménie, l’éclaire singulièrement.

Apocalypse Arménie : l’indispensable témoignage pour comprendre ce qui se passe au Haut-Karabakh

Le génocide des Arméniens reste largement méconnu du grand public en raison notamment de l’absence de récit emblématique et universel, tels qu’ont pu l’être ceux d’Anne Franck ou de Primo Levi pour la Shoah. Paru en 1918 à New York sous le titre Ravished Armenia, écoulé à plus de 900 000 exemplaires, longtemps resté inédit en français, Apocalypse Arménie (Ararat, 2017) comble cette lacune.

L’ouvrage   relate l’incroyable histoire   d’Aurora, jeune Arménienne de 14 ans, dans le chaos qui s’empara  de   l’Empire ottoman en 1915.

Au   prix de quatre évasions héroïques, Aurora parvient à s’échapper des   colonnes de la mort : une fois en se jetant du haut d’une falaise dans   l’Euphrate, une autre en poignardant un officier turc qui l’agresse… Dans un   empire en guerre où les femmes étaient la cible de toutes les exactions, la   jeune Aurora réussit à survivre près de deux ans.

Puis,   à Erzeroum, le général Andranik, héros militaire national arménien,   lui propose de se rendre en mission aux États-Unis pour alerter sur la   situation du peuple arménien, dépêcher les secours et lever des fonds. Ce périple   comprend une traversée de la Russie en proie au chaos de la révolution.

La Jeanne d’Arc de l’Arménie 

Aurora parvient à New York et   après avoir livré son récit, accepte de jouer son propre rôle dans le film   qui est réalisé

à la suite, toujours dans le souci de lever le maximum de fonds. Le livre devient rapidement un best-seller et le film est un succès. Les recettes, qui s’élèvent à 30 millions de dollars (de 1919), sont reversées au Near East Relief, à l’origine du projet. Aurora est surnommée la Jeanne d’Arc de l’Arménie.

Évoquant à la fois « l’innocence d’Anne Frank et le réalisme de Primo Levi », Aurora Mardiganian compte parmi les grands témoins de...

Contenu disponible gratuitement

56 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi