InternationalArménie

Appel pour la libération des prisonniers de guerre arméniens

17/03/2021

TRIBUNE. Plus de 150 personnalités ont répondu à l’appel du CCAF (Conseil de coordination des organisations arméniennes de France) demandant à l’Azerbaïdjan de restituer à l’Arménie les soldats faits prisonniers lors de la guerre du Haut-Karabakh. Plus de 4 mois après le cessez-le-feu du 9 novembre, 200 d’entre eux demeurent incarcérés.

Appel pour la libération des prisonniers de guerre arméniens

Quatre mois après l’accord de cessez-le-feu du 9 novembre 2020 signé par l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Russie, le régime de Bakou se refuse toujours à appliquer l’une de ses principales clauses sur le plan humanitaire : la libération des prisonniers de guerre. On estime à deux cents le nombre de ceux qui sont toujours détenus dans les prisons de cette pétrodictature. Lors d’une conférence de presse donnée le 26 février, le président Ilham Aliev a déclaré qu’il considérait ces détenus comme des « terroristes » au motif que leur arrestation est postérieure au 9 novembre. Or, ces soldats étaient à cette date pris au piège dans la poche d’Hadrout, l’un des principaux fronts lors du conflit, ville encerclée, mais non encore occupée par les forces turco-azerbaïdjano-djihadistes au moment de la signature du cessez-le-feu.

En se saisissant de ce prétexte, le chef de l’Etat azerbaïdjanais se livre à une violation grossière de ses obligations, dans leur lettre comme dans leur esprit. Ce non-respect d’un document signé brise tout espoir d’un retour à la vie normale pour ce qu’il reste du peuple arménien sur ses terres ancestrales, cent ans après le génocide de 1915. Il ne peut être interprété que comme une manifestation de haine supplémentaire à l’endroit de cette entité que le président Aliev avait promis de « chasser comme des chiens ». Et ce après 44 jours d’agression militaire, de bombardements et d’exactions qui se sont soldés par la mort de 3500 conscrits arméniens pour la plupart âgés d’une vingtaine d’années et la fuite de dizaines de milliers de réfugiés.

La pratique systématique des crimes de guerre perpétrés par la partie azerbaïdjanaise tout au long de son offensive, et en particulier la diffusion complaisante de vidéos d’exécutions sommaires, de tortures infligées à des soldats aussi bien qu’à des civils arméniens, de...

Contenu disponible gratuitement

83 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+