InternationalUnion européenne

Il n’y aura pas de souveraineté sans solidarité.

07/07/2020

La force d’un pays se mesure tant à ses attributs de souveraineté (lois, justice, monnaie, exécutif) qu’à la cohésion dont il fait preuve en cas de crise pour maintenir son unité et éviter son effondrement. Il ne saurait y avoir de souveraineté sans solidarité.

Il n’y aura pas de souveraineté sans solidarité.

La force d’un pays se mesure tant à ses attributs de souveraineté (lois, justice, monnaie, exécutif) qu’à la cohésion dont il fait preuve en cas de crise, pour maintenir son unité et éviter son effondrement. Il ne saurait y avoir de souveraineté sans solidarité.

Or, la souveraineté européenne régulièrement promue par le Président Macron est une illusion dangereuse, qui nous mènera à la guerre et au désastre.

Il est loin le temps de la CECA où l’objectif ouvertement affiché était de rendre la guerre techniquement impossible par l’imbrication des économies européennes. Ce qui pouvait marcher à 6 ne marche plus à 27. Aux côtés des membres historiques, européistes par conviction, se sont greffés de nouveaux Etats membres, souvent plus pauvres, et européistes par intérêt.

La crise du Covid a montré l’absence criante de solidarité européenne, et le retour de réflexes protectionnistes de survie. Les quelques malades accueillis dans les hôpitaux français, luxembourgeois ou allemands ne peuvent cacher les centaines de milliers de masques chirurgicaux déroutés ou retenus de force par les douanes nationales des différents Etats. L’Union européenne, sans solidarité intérieure, ne saurait se prévaloir d’une quelconque souveraineté.

Macron joue un jeu dangereux. Pour sauver son illusion européiste, et faute de cohésion, il cherche à désigner un ennemi commun à l’UE pour tenter de souder les Etats membres. Un peu comme un couple en crise qui espère sauver son avenir en faisant un enfant. Le procédé est connu, et le résultat est souvent dramatique. Cette fuite en avant inconsidérée risque de mener droit vers une crise géopolitique et un désastre historique. L’Union Européenne sans solidarité interne s’apparente aux coalitions européennes du 18ème siècle. Impressionnantes sur le papier, mais très dissemblables en réalité et dissoutes dès les premières défaites encaissées. Macron devrait réfléchir au sort des adversaires de Napoléon.

Les derniers...

Contenu disponible gratuitement

49 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+