InternationalNucléaireabonnés

L'avenir du nucléaire suédois sera-t-il français ?

05/01/2023

ARTICLE. Malgré les déboires de son parc, ceux des EPR de Flamanville et de Olkiluoto, en Finlande, le nucléaire français séduit toujours. La Suède choisira-t-elle l’Hexagone pour ses futurs réacteurs ?

L'avenir du nucléaire suédois sera-t-il français ?


Non, le nucléaire français n’est pas mort. Mieux, il continue de séduire. Et c’est Stockholm qui l’affirme. Ce mercredi 4 janvier, Ulf Kristersson, Premier ministre de la Suède, était en déplacement à Paris. À la tête de la présidence tournante du Conseil de l’UE, le chef du gouvernement suédois a fait une annonce pour le moins inattendue : la Suède entend construire deux nouvelles centrales nucléaires. Et le français EDF, pourtant au cœur de toutes les polémiques en France, pourrait bien s'en charger.

« Nous sommes très impressionnés par l’expérience française », a même affirmé le chef du gouvernement suédois, qui s’est annoncé « entièrement ouvert à ce que la France soit un des pays qui fassent en sorte que la Suède ait plus de nucléaire ». Nous n’en sommes donc pas au stade du chèque en blanc. Le signal, positif, ne devrait pas être interprété autrement que pour ce qu’il est : une invitation à entrer dans la compétition entre les différents industriels intéressés par ce marché. Ni plus, ni moins.

Ne pas s’enflammer devant les effets d’annonce, donc. Cela évitera à la France de se bercer d’illusions et de se prendre une douche froide comme en Pologne, en octobre 2022. Pourtant bien placée dans la compétition, EDF n’a pour le moment jamais été choisie — contrairement à d'autres entreprises, notamment américaines ou sud-coréennes— par Varsovie pour participer à son ambitieux programme nucléaire. EDF était pourtant bien implantée localement et avait signé cinq accords de coopération avec des fournisseurs polonais lors d’un évènement franco-polonais dédié à l’industrie nucléaire en juin.

Une image écornée


Mais EDF a également signé un accord avec l’énergéticien finlandais Fortum, dans le but de participer à la construction de SMR — petits réacteurs modulables — dont la Suède envisage le déploiement sur son territoire. Le...

Contenu réservé aux abonnés

41 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi