InternationalUnion européenneabonnés

Petit à petit, l’Union européenne favorise la destruction de l’agriculture française

18/05/2021

ARTICLE. D’ici deux ans, l’agriculture française pourrait présenter une balance commerciale déficitaire. Une première depuis la grande sécheresse de 1976. Mais cette fois-ci, le déclin paraît inexorable tant il est favorisé par les politiques européennes libre-échangistes.

Petit à petit, l’Union européenne favorise la destruction de l’agriculture française

En 2023, la France, jadis à la pointe de l’agriculture mondiale, pourrait présenter un solde négatif entre ses importations et ses exportations. C’est le cri d’alarme qu’a poussé Christiane Lambert, présidente de la FNSEA sur RMC, le lundi 17 mai. “Nous vivons une décroissance de production agricole. La surface de production de légumes a diminué de 14 % sur les 20 dernières années. Nous importons un fruit sur deux, un légume sur deux. Si rien n’est fait, nous serons en 2023 des importateurs nets", explique-t-elle.

L’Union européenne contribue à dégrader l’agriculture française

Pourtant, elle était belle, l’agriculture française, dans les années 70. Hormis le cas particulier de son déficit commercial record en 1976, engendré par une sécheresse exceptionnelle, la France était le second exportateur mondial de produits agricoles et alimentaires, derrière les États-Unis. Malheureusement, à partir des années 90, la situation a commencé à se dégrader, lentement mais sûrement. De la seconde place, elle est passée à la cinquième du classement des exportateurs mondiaux. En l’espace de 28 ans, elle s’est vue dépassée par les Pays-Bas (pays pourtant plus de dix fois plus petit que la France), l’Allemagne, le Brésil et la Chine. Entre 2005 et 2015, elle a perdu 2 points de part de marché – le plus fort recul mondial. Entre 2011 et 2017, l’excédent agricole français a ainsi été divisé par deux.

Dans un rapport du Sénat intitulé “La France, un champion agricole : pour combien de temps encore ?” et publié le 28 mai 2019, les sénateurs expliquent le pourquoi du comment de cette chute inexorable. En bonne place au banc des accusés : l’Union européenne. Car bien que la France ait bénéficié de la politique agricole commune (PAC), elle a considérablement souffert du joug de Bruxelles. D’une part, l’élargissement de l’UE...

Contenu réservé aux abonnés

50 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+