InternationalEuropeabonnés

Pour Aquilino Morelle, "le système maastrichtien cherche à atteindre notre souveraineté politique"

22/09/2021

ARTICLE. Dans un grand entretien accordé au Monde, Aquilino Morelle accuse le fédéralisme européen et ses promoteurs (en particulier les socialistes français), d’être les principaux ouvriers de la mondialisation néo-libérale. Et souligne la responsabilité accablante de François Mitterrand, Jacques Delors et Pascal Lamy.

Pour Aquilino Morelle, "le système maastrichtien cherche à atteindre notre souveraineté politique"

Aquilino Morelle est un socialiste atypique. Docteur en médecine et énarque, il a pris position pour le « non » en 2005, dirigé la campagne d’Arnaud Montebourg aux primaires de la gauche en 2012 et été le conseiller politique de François Hollande à l’Élysée entre 2012 et 2014. Dans son dernier essai, L’Opium des élites : Comment on a défait la France sans faire l’Europe, qui vient de paraître chez Grasset, il avance que l’Europe a pris « une mauvaise route dès le départ » et plaide pour un « souverainisme raisonné » afin de sortir du piège de la décomposition française, qui résulte selon lui de l’idéologie européiste. Pas sûr que ses petits camarades du PS apprécient...

Son constat est le suivant : la France (qu’il faudrait selon lui carrément nommer « Franceurope ») a été défaite sans que nous fassions pour autant l’Europe, contrairement à ce que promettait Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, quand il invitait en 1953 à « faire l’Europe sans défaire la France ». Car selon Morelle, le projet européen est en réalité fédéraliste depuis ses origines. Seulement les résistances qu’il a rencontrés dans les milieux politiques nationaux ont poussé ses promoteurs à « avancer masqués », menant une sorte de « diplomatie secrète ».

Cette « spirale européiste » devenue folle serait responsable du discrédit toujours plus important des gouvernants (qui s’est traduit par l’apparition du Front national dans les années 80, le « non » au Traité constitutionnel européen en 2005, la progression générale du populisme après le traité de Lisbonne en 2007), mais Aquilino Morelle va plus loin car il affirme que les fédéralistes européens, sont en particulier le socialistes français parvenus au pouvoir en 1981, seraient les responsables de la progression du libéralisme globalisé dans le monde, plutôt que...

Contenu réservé aux abonnés

69 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+