InternationalAgriculture

Réforme de la PAC : l’impossible cohérence avec le « Pacte Vert »

31/12/2020

ARTICLE. La réforme de la PAC prévue en 2023 est basée sur des rapports de la Commission rendus entre 2017 et 2019. Depuis, la Commission Von der Leyen, élue en 2019, a dévoilé son Pacte vert (Green deal), difficilement compatible avec cette dernière.

Réforme de la PAC : l’impossible cohérence avec le « Pacte Vert »

C’est une équation qui paraît impossible à résoudre. Lors du sommet mondial sur le climat fin 2019, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé le lancement d’un plan à grande échelle, appelé « Pacte vert et doté de 1000 milliards d’euros sur dix ans, qui aura pour objectif de réduire de 55 % les émissions de gaz à effet de serre de l’UE en 2030 par rapport à 1990.

Si cette ambition s'applique à tous les secteurs de l’économie, l’agriculture sera le premier concerné : réduction de 50 % des pesticides en 2030, augmentation massive de l’agriculture bio pour atteindre 25 % des terres agricoles, baisse de 20 % de la consommation d’engrais. Des objectifs certes ambitieux, mais qui semblent difficilement compatibles avec la nouvelle politique agricole commune adoptée le 23 octobre dernier par le Parlement européen, dont l’application était initialement prévue pour 2021 mais qui a déjà été repoussée à 2023.

Car cette nouvelle Politique agricole commune, qui représente près de 35% du budget européen en 2020 pour 58 milliards d’euros, consacrera au moins 60% des fonds à l’aide à la production, notamment au soutien du revenu de base des agriculteurs. Mais ces aides étant calculées au prorata des surfaces, ce sont les gros producteurs - majoritairement en agriculture intensive- qui en bénéficieront. Pour les défenseurs de cette réforme, l’Europe doit continuer à subventionner une agriculture dont l’efficacité et le rendement sont les premiers objectifs, et ce afin d’asseoir son indépendance alimentaire.

Or, pour la présidente de la Commission, les politiques qui cherchent à réduire l’impact écologique de l’agriculture conventionnelle en diminuant les émissions de gaz à effet de serre et à réduire considérablement le recours aux produits phytosanitaires, ne vont pas assez loin et ne s’accordent pas avec les engagements du « Pacte Vert ».

Cette incompatibilité...

Contenu disponible gratuitement

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+