société

Avec Macron, les Français sous emprise

CONTRIBUTION/OPINION. Crise sanitaire, campagne présidentielle,  Sous la présidence d’Emmanuel Macron, une machine politico-médiatique presque toute puissante s’est attachée à distribuer les anathèmes à tour de bras, s’inquiète notre abonné.

/2023/06/COVID-MACRON-EMPRISE


« Y a-t-il une dérive autoritaire ? », commence-t-on à se demander sur certains plateaux télé, comme si cette dérive autoritaire datait du début de l’année, au pire de la fin de l’année dernière, avec le mouvement contre la réforme des retraites.

Bien malheureusement, la France est sous l’emprise d’un pouvoir politico-médiatique depuis l’apparition du Covid. Sous couvert de mesures prétendument protectrices, le pouvoir politique s’est livré à des actes intolérables de maltraitance du peuple, maniant la peur et la persécution des « irresponsables » que le président avait, de son propre aveu, très envie « d’emmerder », ce qu’il a fait, joignant la parole aux actes sans état d’âme.

Noyés dans la déferlante médiatique des chiffres de la mortalité covid, abreuvés au robinet permanent des chaînes d’info, sous emprise, nous les avons pourtant tolérés.

L’emprise s’est accentuée avec le déclenchement de la guerre en Ukraine. Prise de conscience et révolte sont devenues impossibles. Le président – pervers narcissique ? – a alors pu sévir en toute impunité. Il ne lui était même plus nécessaire de parler. A-t-il convoqué le congrès pour décider de la participation de la France à cette guerre  ? Non.

En débat face à Marine Le Pen lors de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, il pouvait s’exprimer sans retenue, et ne semblait rien faire pour masquer son ennui et son immaturité. Est-ce bien nécessaire de revenir sur le passé ? Assurément, oui ! Le passé éclaire le présent, chacun le sait bien. L’on peut ainsi espérer éviter de reproduire les erreurs, les fautes, les infamies. Rappelons donc ces actes de maltraitance, de violence politique et de son ruissellement dans les institutions : interdiction de prescrire et donc de soigner pour les médecins (comment ont-ils pu accepter d’être dépossédés de l’essence de leur métier ?) ; interdiction des visites et isolement dans les maisons de retraite (l’isolement tue, insiste Alexandra,...

Vous aimerez aussi